Un atlas numérique sur l’archéologie des carrières

Un atlas numérique sur l’archéologie des carrières

L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem), l’Union nationale des producteurs de granulats (Unpg) et l’Insti

Keolis dans les starting-blocks pour exploiter le nouveau métro
La restauration du château de Nanterre est lancée !
Vectuel, la ville numérisée

L’Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem), l’Union nationale des producteurs de granulats (Unpg) et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) viennent de concrétiser un nouveau projet commun : l’édition d’un atlas numérique. Intitulé « Archéologie des carrières », ce site internet propose deux modes de lecture : l’une chronologique retraçant l’histoire de l’extraction de matériaux de la Préhistoire à nos jours (articles, photos et documents audio à l’appui), l’autre cartographique à travers le recensement des 28 sites étudiés par l’Inrap ayant abouti à des découvertes importantes. Cette carte sera actualisée au fur et à mesure des fouilles réalisées.

Par ailleurs, une partie de l’interface révèle comment la collaboration entre archéologues et carriers a contribué à « l’éclosion de l’archéologie moderne ». « Cet atlas a été conçu dans un souci de pédagogie. Il est une réponse au public qui pense souvent que construction rime avec destruction du patrimoine. Nous avons voulu mettre fin à ce préjugé » explique Dominique Garcia, président de l’Inrap.

Une collaboration de longue date

Un préjugé auquel l’Etat a déjà voulu s’attaquer en 2001 en instaurant une loi visant à concilier aménagement du territoire et recherche archéologique. Ce texte prévoit l’intervention des archéologues en amont des chantiers (parkings, autoroutes, bâtiments etc.) afin de réaliser un diagnostique, et si nécessaire une fouille à la charge financière de l‘aménageur. Conscients de la complémentarité de leurs missions, l’Unicem, l’Unpg et l’Inrap ont alors décidé de s’associer. « Nous partageons une passion commune, celle du sol et du sous-sol. L’action de l’un déclenche l’intervention de l’autre », déclare Nicolas Vuilliers, président de l’Unicem. « L’archéologie a d’ailleurs été inventée par les carriers », fait remarquer Dominique Garcia. Il faut attendre 2017 pour que les trois organismes concrétisent leur collaboration par la signature d’une convention-cadre. En septembre 2018, ils participent à la création d’un hors-série de la revue Archéologia intitulé « Histoires de carrières : un milieu à haut potentiel archéologique ».