Tour Hekla, un « cristal géant » dans le ciel de La Défense

Tour Hekla, un « cristal géant » dans le ciel de La Défense

La première pierre de la tour Hekla, imaginée par Jean Nouvel, a été posée à La Défense. Ce sera un gigantesque « cristal taillé » qui doit

« Le Grand Paris, 8 ans plus tard »…
L’Institut d’aménagement et d’urbanisme forme aux changements institutionnels
BETC investit les Magasins généraux de Pantin

La première pierre de la tour Hekla, imaginée par Jean Nouvel, a été posée à La Défense. Ce sera un gigantesque « cristal taillé » qui doit rajeunir la skyline du quartier d’affaires en créant, selon les mots de l’architecte, un « objet singulier ».

Il a dessiné le Louvre d’Abu Dhabi, les tours Duo dans le 13e arrondissement, la Fondation Cartier ou encore la Philharmonie à Paris… Autant dire que le nom seul de l’architecte claque fort : c’est Jean Nouvel et c’est à La Défense qu’il édifie cette fois une immense tour aux allures quasi londoniennes… Hekla, c’est son petit nom, éclatera toute entière dans le ciel de l’Est parisien en 2022 si tout va bien. En juin dernier, on en était plus modestement à la pose de la première pierre. En chiffres, c’est déjà impressionnant : 220 mètres de hauteur, 48 étages, 6 niveaux de sous-sol, 76 000 mètres carrés de bureaux et de services, 2 500 mètres carrés de terrasses et loggias, jusqu’à 5 800 salariés… C’est bien le gigantisme qui marque le projet. Semblable à une sorte de cristal géant, la tour Hekla affichera, affirme Jean Nouvel, « une composition prismatique qui multiplie les brise- soleil polychromes – bronze, bleu et argent – et mêle le verre et le métal, les brillances, les effets de masse et de transparence ».

Mixité des usages

Au-delà d’une architecture que l’on affirme « ico- nique », la finalité de cette tour s’inscrit sans sur- prise dans la politique de renouvellement global de La Défense : il faut que le quartier, jusqu’ici voué au travail, devienne aussi un lieu de vie. D’où les ambitions de la nouvelle tour en termes de mixité : on y travaillera, certes, mais l’on y mangera aussi – elle accueille cinq restaurants ! –, on s’y détendra, on y fera du sport, on se promènera dans les jardins suspendus… C’est la fameuse « mixité des usages ». La tour Hekla a été conçue dans cette optique, avec l’aide d’un collectif de jeunes talents spécialistes du sport, de la gastronomie ou du design. L’ambition est aussi, sans surprise encore une fois, d’ordre économique : il s’agit de rendre le quartier, à 300 mètres de la Grande Arche, plus visible dans le ciel de Paris mais aussi à l’international pour attirer sur la dalle francilienne des entreprises à la recherche d’adresses hors du commun. Une capacité d’accueil dont La Défense a d’ailleurs besoin, soulignent les gestionnaires du quartier, puisque le taux de vacance y avoisine actuellement les 4 %. Et, bien sûr, la nouvelle tour se veut particulièrement verte et vertueuse en matière d’environnement. Elle surplombera à terme une promenade arborée, dans le quartier de la Rose de Cherbourg, et doit respecter les normes les plus exigeantes en matière de performance énergétique. Mais voilà, est-ce avec des ambitions – des bureaux qui brillent, du gigantisme, de la mixité, de la verdure ici et là… – si communément affichées de nos jours que l’on devient « iconique » ? À voir.