Salariés, à vos vélos !

Salariés, à vos vélos !

Après les flottes de véhicules, les flottes de vélos pour entreprises débarquent à Paris. Le groupe Signature et la start-up Cyclez ont mis au point V

Kaléï entre en commercialisation sur Paris Rive Gauche
L’enseignement supérieur se saisit du Grand Paris
Lancement du Cargo, une plateforme géante de l’innovation

Après les flottes de véhicules, les flottes de vélos pour entreprises débarquent à Paris. Le groupe Signature et la start-up Cyclez ont mis au point Vega, une station pour vélos électriques rechargeables grâce à l’énergie solaire.

Le vélo n’est plus seulement réservé aux sportifs, aux touristes et aux balades familiales du dimanche. Depuis quelques années, même les costumes-cravates pédalent pour se rendre sur leur lieu de travail. Si le phénomène prend de plus en plus d’ampleur, il est encore peu significatif. À Paris, le vélo ne représente que 3 % des déplacements quotidiens. Face à ce constat, Signature Group, filiale d’Eurovia, s’est lancé le défi de rehausser la courbe. Cette entreprise, spécialisée dans le mobilier urbain et les équipements pour la route, propose une station autonome pour vélo à assistance électrique, répondant au nom de Vega, à destination des salariés d’une entreprise. Ces derniers peuvent ainsi les utiliser pour une simple balade « sans forcer » durant la pause déjeuner mais aussi pour rejoindre leur domicile.

Mais le vrai point fort de la station réside dans son mode de fonctionnement : elle recharge les vélos (en général au nombre de six) grâce à l’énergie solaire captée par les panneaux photovoltaïques implantés en toiture, renforçant leur autonomie d’une cinquantaine de kilomètres. Autre avantage : la station n’est pas figée dans l’asphalte. Elle peut être déplacée à l’endroit désiré, notamment en fonction du degré d’ensoleillement, et s’installe en 30 minutes.

Un service « clé en main »

L’invention, si elle est louable, ne se suffit pourtant pas à elle-même. « Nous avons conçu un mobilier urbain et posé des vélos dessus. Mais, pour que le produit attire, il nous fallait un service », explique Sonia Degand, chargée d’affaires chez Signature. C’est ainsi que Signature s’est lié à la start-up Cyclez, spécialisée dans la gestion de flottes de vélos en entreprise. Sa mission : former les salariés sur leur lieu de travail. « Faire du vélo en ville, ça s’apprend. Il faut connaître le code de la route et savoir s’habiller pour être visible des automobilistes », explique Charles Poretz, fondateur de Cyclez. La start-up propose également un service « clé en main » incluant notamment le mode d’emploi de la station, la maintenance et les assurances.

Pour les entreprises à petit budget, les vélos sont mis à disposition des salariés de façon manuelle. Une clé permet à chacun d’accéder à un casier, dans lequel il s’agit de récupérer la batterie du vélo, un casque et un gilet. Pour un tarif plus élevé, le système communicant propose une interface numérique qui identifie les usagers en fonction de leur réservation sur le site internet dédié. Pas besoin de gestionnaire physique, le casier s’ouvre à l’aide d’un badge électronique. En moyenne, le coût de l’offre complète comprenant la station, les six vélos et les services s’élève à 1 500 euros par mois.

Trente stations en 2016

Pour faire connaître son produit, le tandem Signature-Cyclez compte sur les événements ponctuels qu’il organise çà et là. En deux ans, une vingtaine d’événements ont vu le jour, notamment en 2014 lors du Mondial de l’Automobile à Paris et, en 2015, au Congrès Mondial de l’Intelligence Transport System à Bordeaux. Malgré ces actions de promotion, les concrétisations sont encore rares. À ce jour, une seule entreprise bénéficie de la station Vega. Il s’agit de la Fédération Française de Tennis, à Boulogne, qui compte près de 300 salariés sur site. La station y a été testée pour la première fois en mai 2014, lors du tournoi de Roland-Garros. L’année 2016 sera-t-elle fructueuse ? Sonia Degand reste confiante : « Notre objectif est de déployer une trentaine de stations en France en 2016 », conclut-elle.

Pour séduire davantage, les concepteurs proposent d’habiller la station Vega de visuels magnétiques aux couleurs de l’entreprise ou encore d’écrans animés diffusant divers contenus et alimentés par les panneaux photovoltaïques. Autre système qui aiderait à booster les ventes : une application pour smartphone, prévue pour le deuxième trimestre 2016, qui permettrait aux utilisateurs de réserver leur vélo depuis n’importe quel endroit.

Bien plus que les innovations, ce sont peut-être les incitations des institutionnels qui pourraient pousser les entreprises à adopter la « vélo attitude ». En janvier 2016, Anne Hidalgo, maire de Paris, annonçait le début des premiers travaux de mise en route du plan vélo. « Nous allons prendre de la place sur la voiture, qui est la principale source de pollution. Les voies sur berge rive droite vont être fermées aux voitures, après l’édition 2016 de Paris Plage », annonçait-elle sur France Inter.

Ci-dessus, une station Vega lors du tournoi de Roland-Garros en 2014. Crédit photo : Eurovia.

station-vega

La station Vega présentée au Grand Palais en décembre 2015. Crédit photo : Nicolas Leser.

COMMENTAIRES