Rosny devient métropolitaine

Rosny devient métropolitaine

Composée essentiellement de quartiers pavillonnaires, Rosny va connaître de grands changements avec l’arrivée prochaine du métro (ligne 11) et du Gran

Les terres promises du réseau Grand Paris Express
Sevran s’ouvre au sport et à la culture
Grand Roissy : cap sur les affaires et les loisirs

Composée essentiellement de quartiers pavillonnaires, Rosny va connaître de grands changements avec l’arrivée prochaine du métro (ligne 11) et du Grand Paris Express (ligne 15). La municipalité souhaite maîtriser son avenir en créant « une ville écosystémique innovante avec une empreinte carbone la plus faible possible ».

Rosny est encore aujourd’hui une petite ville essentiellement pavillonnaire, ponctuée ça et là de quelques grands ensembles plutôt paisibles. Une commune plutôt agréable à vivre avec ses coteaux qui offrent de belles vues sur le panorama francilien et ses jolies rues calmes bordées de pavillons de meulière entourés de jardins bien entretenus, même si le territoire de la commune est coupé en deux par l’A86.

Mais Rosny est désormais à la croisée des chemins, au sens littéral du terme, avec une desserte en transports en commun qui va bientôt rendre la ville considérablement plus accessible. Une nouvelle page de son l’histoire va se tourner avec le prolongement de la ligne 11 du métro en 2022(1) et la création d’une gare sur la ligne 15 du Grand Paris Express en 2025. Ces deux nouvelles lignes seront raccordées au RER E, qui sera lui aussi bientôt prolongé jusqu’à La Défense, ainsi qu’au tramway T1 frange sud. Un véritable hub multimodal va donc se créer au nord de la ville, tout près de l’actuelle gare RER E Rosny-Bois-Perrier et de l’immense centre commercial Rosny 2. Un hub qui va recentrer la commune sur l’échiquier métropolitain.

Des convictions écologiques incarnées dans les nouveaux projets

Située à 8 kilomètres de la porte de Bagnolet, Rosny clignote aujourd’hui sur les radars du Grand Paris. Ces dernières années, la ville a réussi à valoriser son territoire pour obtenir de la puissance publique et du Stif la décision d’y créer les gares ci-dessus citées et à s’inscrire dans la dynamique métropolitaine avec une identité bien assumée. Depuis plusieurs années, la ville a engagé le développement et la mutation de son secteur nord autour de ces futurs transports. Avec, par exemple, la réalisation du quartier Les Portes de Rosny, le lancement de l’écoquartier Coteaux Beauclair ou encore la réhabilitation et le développement du centre commercial régional Rosny 2, menés par Unibail.

Au cœur de toutes ces transformations, le directeur de l’aménagement urbain, Djamel Hamadou, est aussi directeur de la stratégie et de l’innovation territoriale, fer de lance de l’action municipale. Conscient que « tout le nord de la ville va connaître un développement très important », il insiste sur l’impérieuse nécessité portée par la municipalité de « créer une ville écosystémique innovante avec une empreinte carbone la plus faible possible ». Pour y réussir, la ville municipalité s’est lancée dans un très ambitieux réseau de chaleur urbain basé sur la géothermie, avec une installation permettant d’aller puiser l’eau chaude à – 2000 mètres sous terre ! Et d’alimenter quelque 10 000 logements (à Rosny essentiellement, mais aussi à Montreuil et Noisy-le-Sec).

Autre conviction portée résolument sur les épaules municipales : mener des chantiers de construction écologique à partir de matériaux bio-sourcés : l’exemple phare de cette démarche est l’école maternelle des Boutours, qui a ouvert ses portes à la rentrée 2014. Cet établissement de 8 classes est construit de bois, de paille, et de terre ; il est surmonté d’un toit conçu pour la permaculture. Il est situé tout près de l’ancien marché qui a été déplacé et dont le bâtiment sera reconverti pour réaliser une école primaire. Le nouveau marché couvert, inauguré en décembre dernier, se situe désormais le long de la gare. Sa structure et ses parois sont entièrement réalisées en bois.

Des espaces verts en pleine terre inscrits au PLU

Si ces réalisations sont visibles du grand public, d’autres le sont moins aujourd’hui (mais le seront demain justement !) : comme celle, inscrite au PLU de réserver 15 % du foncier des secteurs les plus denses du centre à de la pleine terre, un taux porté à 40 % dans le reste de la ville. « Pour nous, le développement ne se traduit pas que par de la construction mais aussi par des espaces verts en pleine terre », souligne Djamel Hamadou. Ici, la « végétalisation » ne se fera pas sur dalle ou dans des pots de fleurs ! Planter, créer des lieux d’agriculture urbaine, des jardins et des espaces verts, c’est l’autre priorité municipale. Le parc intercommunal du plateau d’Avron sera ainsi bientôt agrandi grâce à l’aménagement de friches dont la ville a fait l’acquisition : « Après que l’entreprise Siniat ex-Lafarge a cessé d’exploiter ses carrières de gypse, la ville a mené des négociations pour acheter les 9 hectares libérés afin d’y créer ce parc intercommunal dont la première tranche sera livrée à mi-mandat », précise le directeur de l’aménagement urbain. « Nous avons pour ce projet une vision plutôt “naturaliste”, avec une gestion écologique basée sur une moindre intervention humaine pour “laisser la nature faire son travail”, à la façon du parc des Beaumonts à Montreuil. » La commune, qui compte déjà des secteurs classés en zone Natura 2000 et Znieff, mise donc sur les petits oiseaux…

Mais pas seulement ! Car de très grands chantiers commencent à sortir au nord de la ville et ce sont les grues qu’on voit aujourd’hui pousser plus haut que les arbres. La RATP a racheté pour le démolir un parking du centre commercial Rosny afin d’aménager la gare de la ligne 11 et d’y poser ses installations techniques, Algeco et autres bulldozers. La frange des voies ferrées va connaître de lourdes transformations avec la création d’un viaduc pour le métro, puis avec les travaux du Grand Paris Express. Et plusieurs quartiers, aujourd’hui « sous-utilisés » comme on dit, vont bientôt connaître une importante intensification foncière.

(1) Le coup d’envoi officiel des travaux du prolongement de la ligne 11 a été lancé le 3 décembre dernier. Il s’agit de créer 6 kilomètres de voies depuis la station Mairie-des-Lilas, 6 stations (dont 3 à Rosny : Rosny-Bois-Perrier, Coteaux Beauclair, La Dhuys) et un atelier de maintenance. D’ici à fin 2022, les Rosnéens pourrons rejoindre Paris-Châtelet en 21 minutes, contre 50 aujourd’hui.

COMMENTAIRES