Rosny-sous-Bois redémarre avec le métro

Rosny-sous-Bois redémarre avec le métro

Rosny-sous-Bois s’apprête à connaître un des plus grands bouleversements de son histoire. Jusqu’à présent, infrastructures routières lourdes et grands

La revanche de l’Est parisien
Faire évoluer la ville en conciliant ambition et protection
Rosny-sous-Bois : ”Pour en finir avec la cité dortoir”

Rosny-sous-Bois s’apprête à connaître un des plus grands bouleversements de son histoire. Jusqu’à présent, infrastructures routières lourdes et grands centres commerciaux organisaient le territoire. Les trois stations de métro de la ligne 11 sont l’occasion de ressortir les projets des cartons.

Les quartiers nord de Rosny-sous-Bois n’ont pas toujours été gâtés par les coups de crayon des urbanistes. Au beau milieu de la ville, des routes, des voies de chemin de fer, des entrepôts, des complexes commerciaux façonnent le territoire. Difficile de faire vivre une cité dans ces conditions. Difficile également de prétendre à l’attractivité et de faire venir des investisseurs dans des espaces peu accueillants. L’arrivée d’un nouveau mode de transport souterrain devrait changer la donne. Après 15 ans d’attente, le prolongement de la ligne 11 du métro arrive enfin à Rosny-sous-Bois. Et ce ne sont pas moins de trois stations qui s’implanteront dans la partie nord de la ville. Un site de maintenance et de remisage des rames est également prévu, dont une partie des locaux devrait accueillir les services du Conseil général de Seine-Saint-Denis.

Ces grandes évolutions, au premier abord liées à la mobilité, sont l’occasion pour la ville de revoir l’aménagement de tout le secteur. Au programme, la redynamisation de quartiers existants, comme celui de la Boissière. Loin du centre-ville, loin des commerces, loin des transports en commun, c’est sans doute le site qui attendait son désenclavement avec le plus d’impatience. « L’aménagement des terrains de golf en 1988 a permis de revitaliser une partie de la zone mais l’arrivée du métro apportera un souffle nouveau à l’ensemble du quartier », explique Thierry Staron, directeur de la SEMRO, la Société d’économie mixte en charge de l’aménagement de la ville. La station La Dhuys sera construite à proximité, entre les villes de Rosny-Sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil.

Jusqu’à 6 000 habitants supplémentaires

De nouveaux quartiers sortiront aussi de terre. Un peu plus au nord, la ZAC Saussaie Beauclair entame sa mutation. En plus d’accueillir la station Coteaux Beauclair, il est prévu la création de 1 200 logements et de commerces, dont les premiers bâtiments sont attendus d’ici 2020. Enfin, au sud de l’actuelle gare de RER E Rosny-Bois-Perrier, terminus provisoire la ligne 11 mais aussi future station de la ligne 15 du Grand Paris Express, dont les travaux devraient débuter en 2019, un autre quartier verra le jour. Près de 1 000 logements seront construits au sein de la ZAC Grand Pré.À terme, la ville de 42 000 habitants se prépare à en accueillir jusqu’à 6 000 supplémentaires, un gain qui nécessitera la mobilisation de deniers publics pour la construction d’équipements, notamment d’écoles et de complexes sportifs. « Aujourd’hui, la commune livre environ 325 logements par an, ce qui est deux fois plus élevé que la moyenne régionale. Nous espérons que l’État, qui dit encourager les maires bâtisseurs, apportera sa participation financière pour nous aider à réaliser les équipements qui nous manquent », déclare Djamel Hamadou, directeur du pôle urbanisme à la mairie de Rosny-sous-Bois.

Ces grands chantiers sont aussi l’occasion de relancer une activité commerciale un peu languissante… La ville a surtout misé sur ce secteur à partir des années 1970. Au nord de la ville se sont implantés deux centres commerciaux : Rosny 2, ouvert en 1973, dont la fréquentation est parmi les plus importantes de l’Est parisien avec 15 millions de visiteurs par an ; Domus, inauguré en 2006 et consacré à l’aménagement d’intérieur, a cependant été vite rattrapé par la crise de 2008. Un plan de relance est actuellement réalisé par le nouveau propriétaire, le fonds d’investissement Orion, qui a racheté le centre commercial en 2015. Parmi ses objectifs : faire passer la fréquentation de moins de 2 millions à 5 millions de clients d’ici 2017 et maintenir les enseignes restantes. Cela passera notamment par une réorganisation des magasins et par l’utilisation du numérique pour améliorer la visibilité du centre commercial, moyennant un investissement de 10 millions d’euros.

Réguler les prix du foncier

Le projet urbain s’annonce certes prometteur, mais il devra composer avec les grosses coupures que constituent l’autoroute A86 et les lignes du RER, qui fragmentent la ville en trois parties et s’avèrent difficilement franchissables. De nombreuses réflexions pour faire évoluer le Plan local de déplacement sont en cours : l’avenue du Général-de-Gaulle, longue de plus d’un kilomètre et demi entre l’autoroute et les voies ferrées, pourrait prendre la forme d’une artère plus accueillante. Par ailleurs, des cheminements réservés uniquement aux piétons et vélos relieraient le cœur de ville aux futures stations de métro, jusqu’au centre commercial de Rosny 2. La ville espère ainsi limiter la circulation sur l’A86, célèbre pour être l’un des axes les plus congestionnés d’Europe, mais aussi baisser le flot de véhicules qui circulent intra-muros pour éviter les embouteillages.

Le prolongement changera sans conteste le destin de la ville. Et le prix de son foncier. La commune avait anticipé ce phénomène plusieurs années auparavant en achetant des terrains situés sur le secteur de la ZAC Saussaie-Beauclair. Ils appartiennent aujourd’hui à la SEMRO. Du côté de la ZAC Grand Pré, c’est l’Établissement public foncier qui joue le rôle de régulateur. « La commune a signé une convention avec l’Établissement public foncier, qui achète les terrains pour le compte des collectivités. Au bout de 5 ans, il les revendra à la ville au prix d’achat », explique Thierry Staron, directeur de la SEMRO.

L’heure est à présent à la course contre la montre. Tout reste à faire. La livraison des nouveaux quartiers doit être réalisée avant 2022, année de la mise en service des trois stations de métro de la ligne 11. Trois, deux, un… partez.

Photos : © Agence Mimram

COMMENTAIRES