Réinventer Paris : le projet des bains douches livrable en septembre 2019

Réinventer Paris : le projet des bains douches livrable en septembre 2019

Le site des bains douches de Castagnary, dont la rénovation a été lancée dans le cadre de l'appel à projets "Réinventer Paris", a mis les bouchées dou

Apur | Appel à contributions | Equipements et services publics 2030
Keolis dans les starting-blocks pour exploiter le nouveau métro
Echanger-Habiter : le dispositif d’échange des logements sociaux franciliens prend de l’ampleur

Le site des bains douches de Castagnary, dont la rénovation a été lancée dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer Paris », a mis les bouchées doubles : déjà bien avancé, le bâtiment devrait être livré en septembre 2019.

Au 34 rue de Castagnary, dans le 15ème arrondissement de la Capitale, se dresse un bâtiment en briques rouges, datant du début du siècle dernier. Surplombant la petite place du Général Montclar, l’édifice abritait des bains douches, lesquels ne sont plus en fonctionnement depuis une dizaine d’années. « La Ville de Paris a cherché à réinvestir le lieu, sans grand succès. L’arrivée de l’appel à projets « Réinventer Paris » a été une aubaine pour ces anciens bains douches », explique la Ville. A ce titre, ce programme est le premier à recevoir une visite officielle, le 17 décembre 2018. « Nous ne souhaitions pas la démolition du bâtiment. Cet établissement reste un marqueur du quartier », assure Philippe Goujon, maire du 15ème arrondissement.

Coworking et Coliving

L’équipe lauréate « Bains Douches &CO », dont l’opérateur est l’entreprise familiale Axitis, a proposé de transformer le bâtiment de proue en un espace de coworking de 550 mètres carrés. L’aspect extérieur des anciens bains douches reste intouché. Quant à l’arrière de la structure, elle a été réalisée entièrement en bois et est vouée à accueillir 17 logements destinés aux étudiants et aux jeunes actifs, sur une surface 1400 mètres carrés. « La construction en bois permet une livraison rapide des projets », explique Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme. De plus, l’élu souligne qu’ « aucun recours n’avait été fait sur ce projet » qui a su respecter le patrimoine des lieux, pour un budget de 4 millions d’euros.

Crédit Photo : DR