Qualité de l’air : les pouvoirs publics fixent des priorités

Qualité de l’air : les pouvoirs publics fixent des priorités

Le 15 mai 2019, les pouvoirs publics franciliens ont rendu public le bilan des 159 actions engagées depuis janvier 2018 pour améliorer la qualité de l

Quand le numérique remet l’aménagement en question
Plaine Commune met en œuvre le permis de louer
« Nexity non profit » signe une convention avec l’ANAH

Le 15 mai 2019, les pouvoirs publics franciliens ont rendu public le bilan des 159 actions engagées depuis janvier 2018 pour améliorer la qualité de l’air. Le bilan est dans l’ensemble positif, la plupart des actions étant déjà opérationnelles ou en cours de mise en œuvre (87%). La majorité concerne le développement des déplacements à vélo (49 actions), le soutien aux véhicules peu polluants (28 actions) et l’amélioration des transports en commun. Airparif, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air en région Île-de-France, affirme néanmoins que les concentrations de particules fines et de dioxyde d’azote restent élevées, dépassant leurs valeurs limites réglementaires. Les Franciliens sont donc toujours exposés à des niveaux de polluants au dessus des normes. « Bien que nous sommes sur la bonne voie avec une tendance à la baisse des émission d’oxyde d’azote et de particules fines, les actions de chacun en faveur de la qualité de l’air sont à poursuivre et à renforcer », souligne Michel Cadot, préfet de la région Île-de-France.

Remplacer le chauffage au bois

Le préfet de Région a retenu trois domaines d’actions principaux. Concernant les transports, il s’agit d’abord de donner la priorité aux modes les moins polluants (vélo, transports en commun, covoiturage, etc) et de mettre en place une zone à faible émission à l’intérieur de l’A86. Autre priorité : la réduction des émissions de polluants liées au chauffage au bois individuel. Il s’agit ici d’encourager les Franciliens à remplacer leur installation par un appareil moins polluant. Enfin, une réflexion sera menée pour faire évoluer les règles d’aménagement autour des zones de trafics importants. En complément, l’Ademe Île-de-France attribuera 3 millions d’euros aux territoires afin de les accompagner dans la mise en place de ces trois actions, dans le cadre d’un appel à manifestation d’intérêt.

© DR