Patrick Ollier : « Il faut renouer avec l’aménagement du territoire »

Patrick Ollier : « Il faut renouer avec l’aménagement du territoire »

La Métropole du Grand Paris attribue 110 millions d’euros à la relance de l’économie francilienne et affirme sa « collaboration très positive et très

Grand Paris Express : le Premier ministre entretient le suspense
Municipales 2020 stables, Métropole en attente
Bye bye Gagarine : Ivry change d’époque, pas de politique

La Métropole du Grand Paris attribue 110 millions d’euros à la relance de l’économie francilienne et affirme sa « collaboration très positive et très concrète » avec la Région Île-de-France. Objectif : soutenir les communes et les petites entreprises et …rattraper les retards.

Comment la Métropole peut-elle prendre sa part à la relance de l’économie francilienne ? Interrogé sur ce point à la mi-juin lors d’une visio-conférence organisée par l’Institut des hautes études des métropoles (IHEDM), Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris, en a appelé à un changement radical de politique : « La densité en Île-de-France a facilité la prolifération du virus. Il faut donc remettre en question la densification du territoire ».

Une prise de position qui, de fait, va à l’encontre de toutes les recommandations urbanistiques de ces dernières années qui n’ont cessé de prôner la densification de la région-capitale pour tenter de résoudre la pénurie de logements ! Reste à savoir comment s’y prendre. Pour le président de la Métropole du Grand Paris (MGP), la mise en cause de la densification -un mot d’ordre de fait très controversé parmi les élus franciliens…- doit passer par le retour d’une politique d’aménagement du territoire capable de mieux organiser la répartition des richesses.

110 millions d’euros de la MGP pour les communes

En attendant ce retour d’une « vraie politique d’aménagement du territoire », Patrick Ollier a profité de l’occasion pour insister sur les décisions prises par la MGP pour soutenir l’économie francilienne et les communes » : un plan de relance a ainsi été voté le mois dernier.

Doté de 110 millions d’euros, il doit aider les communes en soutenant leurs actions dans le domaine de la santé, du développement des mobilités douces, du logement ou de la transition numérique.

Dans cette perspective, selon une méthode métropolitaine désormais bien rodée, les communes vont proposer des projets qui seront examinés et éventuellement cofinancés. Il peut d’agir de la création de lieux d’accueil de santé, de favoriser les circuits courts en matière d’approvisionnement alimentaire, d’aide à la création de parcours cyclables ou encore de soutien au commerce de proximité.

Cofinancer les points de recharge électrique

A également été lancé Métropolis, un groupement privé chargé de redonner vie aux anciennes stations Autolib et tenter ainsi de développer pour de bon les voitures électriques attendues -sans grand succès- de si longue date : « 5000 euros seront donnés aux communes par borne réhabilitée. D’ici quelques mois, plus de 3000 points de recharge électrique seront ainsi accessibles sur l’aire métropolitaine », a assuré Patrick Ollier.

La Métropole entend également participer au Plan résilience de la Région « avec laquelle nous sommes en collaboration très positive et très concrète », a poursuivi le président de la MGP.

Objectif : faciliter une relance qui doit intervenir très vite à l’automne prochain, pour soutenir l’économie d’une part, et notamment les petites entreprises, et tenter, par ailleurs, de rattraper le retard pris sur les réalisations franciliennes -dont les plus emblématiques : Grand Paris Express, constructions pour les JO…- à cause de l’épidémie.