Paris : des coûts de construction médians par rapport aux autres métropoles mondiales

Paris : des coûts de construction médians par rapport aux autres métropoles mondiales

Arcadis, groupe international, spécialisé dans la conception et le conseil pour l’environnement naturel et construit, publie son rapport annuel « Inte

Investissements internationaux 2018 : 3ème place mondiale pour Paris
Première biennale européenne du patrimoine urbain
Encadrement des loyers : premier bilan

Arcadis, groupe international, spécialisé dans la conception et le conseil pour l’environnement naturel et construit, publie son rapport annuel « International Construction Costs 2018 ».

Un index à destination des investisseurs

Cet index qui compare les coûts de construction dans 50 métropoles mondiales est à destination des investisseurs. Il offre un décryptage des facteurs expliquant les coûts par grandes zones géographiques et d’influences, et propose une analyse des grandes tendances du secteur.

Les villes les plus chères sont les grandes villes américaines et européennes, loin devant les métropoles d’Asie (à l’exception de Hong Kong) et du Moyen-Orient.

L’Europe et les Etats-Unis restent ainsi des « hot spots » reconnus en termes de croissance de la construction pour les prochaines années. Avec, en conséquence, une pression supplémentaire sur les coûts compte-tenu des ressources limitées en main-d’œuvre.

« Les investisseurs et promoteurs qui cherchent des solutions pour réduire ces coûts dans ces régions du monde doivent se tourner vers des méthodes innovantes, basées sur les technologies digitales, réduisant les interfaces et les intermédiaires », commente Nicolas Boffi, City Executive Paris chez Arcadis.

Certaines sociétés et startups aux Etats-Unis et en Asie veulent ainsi favoriser la construction hors-site et la préfabrication. Par ailleurs, elles envisagent de réinternaliser des activités habituellement sous-traitées pour mieux maîtriser la chaîne globale de construction. « Des grands groupes de construction et des investisseurs s’intéressent de près à ces sociétés qui veulent réinventer le secteur en inversant le modèle d’externalisation des risques », poursuit Nicolas Boffi.

Une petite révolution dans le domaine de la construction : « car ces cinquante dernières années, la productivité a très peu évolué, les investissements dans la R&D étant limités par les marges faibles du secteur. Les sociétés qui adopteront rapidement les outils digitaux en tireront des bénéfices en termes de data de très bonne qualité ; elles bénéficieront d’un avantage compétitif considérable pour réduire leurs coûts de construction », conclut Nicolas Boffi.

Paris : des coûts de construction médians

Paris est à la 18ème position. La capitale française affiche des coûts de construction médians qui ne sont pas les plus élevés en Europe. « Toutefois, la concomitance de grands chantiers au cours de la prochaine décennie (Grand Paris Express, CDG Express, JO, etc.) et d’un contexte général favorable au retour des investissements immobiliers (taux d’intérêts faibles, Brexit, etc.) va accentuer la pression sur les coûts », explique Nicolas Boffi.

L’effet JO sera assez limité dans son ensemble compte tenu des investissements raisonnables en infrastructure et en équipements dans le programme de Paris 2024. En revanche, le Grand Paris Express risque de générer des effets de distorsion importants dans le secteur des terrassements et des ouvrages souterrains. En 2016, la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) avait ainsi indiqué que le chiffre d’affaires de ce secteur était de 500 millions d’euros en Ile-de-France. En comparaison, pour le seul projet du Grand Paris Express, il est prévu des volumes d’activité annuel de terrassement trois à quatre fois supérieurs à ce chiffre durant la prochaine décennie.

Top 10 des villes les plus chères en termes de coûts de construction

  1.  San Francisco
  2. New York
  3. Hong Kong
  4. Toronto
  5. Boston
  6. Philadelphie
  7. Chicago
  8. Londres
  9. Macao
  10. Genève

Télécharger le rapport complet

 

Méthodologie de l’étude International Construction Costs 2018
L’évaluation comparative des coûts est basée sur une étude des coûts de construction dans 50 villes réalisée par Arcadis, portant sur 13 types de constructions. Les coûts sont représentatifs des spécifications locales utilisées pour répondre aux besoins et fonctions du marché. Les solutions de construction adoptées sur chaque site sont globalement similaires. En conséquence, l’écart de coût rapporté représente des différences dans les spécifications ainsi que le coût de la main-d’œuvre et des matériaux, plutôt que des différences significatives dans la fonction du bâtiment. Les coûts en monnaies locales ont été convertis en une monnaie commune pour la comparaison, mais aucune prise en compte de la parité du pouvoir d’achat n’a été prise en compte. Des facteurs élevés et peu coûteux pour chaque type de construction ont été calculés par rapport à Londres, où les coûts moyens sont égaux à 100, en utilisant le dollar américain comme monnaie commune. Les coûts relatifs illustrés dans le graphique représentent le facteur moyen élevé et faible coût pour chacun des 13 bâtiments inclus dans l’échantillon. Les coûts de construction sont à jour au quatrième trimestre 2017. Les taux de change sont ceux en vigueur au 30 novembre 2017.

COMMENTAIRES