Paris : 250 millions d’euros pour une capitale 100% cyclable

Paris : 250 millions d’euros pour une capitale 100% cyclable

Paris propose un plan vélo ambitieux -ici la très emblématique rue de Rivoli-, qui intègre ses aménagements dans le Vélopolitain, le plan de la Métrop

La ligne 14 enfin prolongée au nord de Paris
Les entreprises face aux maires : créer un milieu favorable aux affaires
Le Grand Paris Express, dynamiseur de l’économie parisienne

Paris propose un plan vélo ambitieux -ici la très emblématique rue de Rivoli-, qui intègre ses aménagements dans le Vélopolitain, le plan de la Métropole, et dans le RER-Vélo, le plan régional. Il pérennise les coronapistes et prévoit 130 km de nouveaux parcours. Mais le calendrier de réalisation reste imprécis.

Faire en sorte que le nombre de déplacements réalisés à vélo dans la capitale soit, à la fin de l’actuel mandat municipal, plus élevé que celui des déplacements en voiture. L’objectif paraîtra excessif aux uns, remarquablement ambitieux aux autres, puisqu’on sait à quel point le sujet est propice aux polémiques… C’est en tout cas celui que poursuit l’hôtel de ville de Paris et il vient d’annoncer dans cette perspective le plan Vélo de la mandature : 250 millions d’euros seront consacrés, sur six années, au développement des infrastructures qui, à leur tour, devraient dynamiser la pratique.

130 km de pistes nouvelles

Première étape, la pérennisation des « coronapistes », environ 50 kilomètres. Personne n’a jamais apprécié les plots jaunes qui les ont délimitées dans l’urgence. Les voici vouées à devenir des aménagements plus sécurisés et plus esthétiques.

130 km de pistes également durables et sécurisées devraient être, elles, créées de toutes pièces là où il n’en existe pas encore. Un gros effort devrait également être consenti sur les parkings à vélo, qui viendront offrir quelque 100 000 places de stationnement, au-delà des 60 000 arceaux déjà existants. Toute nouvelle construction ou réhabilitation d’immeubles devra également prévoir des stationnements.

Il s’agit au total de proposer un réseau dense et sûr, intégré dans le Vélopolitain -plan de 200 km sur 68 communes à l’échelle métropolitaine- et dans le RER Vélo, plan francilien.

Comme le Grand Paris Express, le Vélopolitain -200 km sur 65 communes de la Métropole- qui se développe au-delà du périphérique, devrait contribuer à façonner le Grand Paris. Pour cela, un effort devra également être consenti sur la sécurisation des carrefours, notamment aux portes de la capitale, souvent de véritables points noirs.

Paris en retard

C’est au nom de la lutte contre la pollution atmosphérique et donc de la santé publique que ces investissements sont lancés. Encore faut-il qu’ils soient bel et bien réalisés… « Les aménagements prévus sont intéressants et le plan est ambitieux. L’inquiétude porte plutôt sur le calendrier de réalisation, qui est encore flou », souligne Jean-Sébastien Catier, président de Paris en Selle.

De fait, -et les lenteurs de réalisation du plan précédent l’ont prouvé-, les résistances à la transformation sont fortes et elles peuvent freiner les réalisations. Pourtant, la capitale est davantage, en matière de vélo, en situation de rattrapage que de véritable innovation : tandis qu’à Paris, la part modale du vélo (c’est-à-dire le nombre de déplacements réalisés à vélo rapporté au nombre total des déplacements) se situe entre 5 et 10%, selon les saisons, elle s’élève à 20% à Strasbourg ou à Grenoble. A Amsterdam ou à Copenhague, la part modale du vélo dépasse les 40%.