Ogic expérimente « l’accession progressive à la propriété »

Ogic expérimente « l’accession progressive à la propriété »Chantier d'un programme au Blanc-Mesnil. © Ogic.

Avec l’accession « APPI », le promoteur Ogic permet aux ménages d’acheter un grand logement à bas coût, tout en payant un loyer pour les pièce

Premier sommet de l’innovation dans l’immobilier
Inventons la métropole, Saison 3
La RATP dépoussière son image

Avec l’accession « APPI », le promoteur Ogic permet aux ménages d’acheter un grand logement à bas coût, tout en payant un loyer pour les pièces complémentaires. Avec « Acquer », il offre aux ménages exclus du prêt bancaire la possibilité de devenir propriétaires.

Le promoteur Ogic souhaite s’inscrire dans tous les pans de l’innovation et « pas uniquement en matière de formes architecturales ou de nouveaux matériaux », indique Virginia Bernoux, directrice générale Logements, Grands projets et Innovations. Fin 2021, le groupe a lancé « l’accession APPI », un montage qui repose sur le modèle de l’indivision, c’est-à-dire qu’un même bien appartient à plusieurs propriétaires. Dans le cas d’APPI, le bien appartient à un acquéreur particulier et à un investisseur institutionnel, ici In’li.

Comment ça marche ? Un acquéreur souhaite acheter un appartement de 4 pièces mais n’a le budget que pour un 3 pièces. Il peut donc acquérir le plus grand logement mais en payant un loyer pour la pièce complémentaire. D’année en année, il rachète à l’investisseur les parts nécessaires (dont le prix, fixé lors de l’achat, n’évoluera pas) pour acquérir ladite pièce et devenir propriétaire à terme de l’ensemble du logement.

« Certains ménages sont prêts à adopter un schéma d’accession différent pour pouvoir vivre dans un appartement qui leur convient et dans la commune qu’ils souhaitent. C’est l’usage qui prime avant tout et non la pleine propriété » – Virginia Bernoux, directrice générale Logements, Grands projets et Innovations au sein d’Ogic.

Artisans et indépendants

APPI vise en priorité les jeunes ménages dont la capacité d’emprunt ne permet pas d’acquérir un bien de plusieurs pièces sur
un territoire au marché tendu, « à partir de 5 000 euros du mètre carré », précise Virginia Bernoux. Les modalités de rachat du bien sont inscrites dès le départ dans le contrat de vente. Le bien peut ainsi être racheté par In’li ou par un acheteur extérieur. Le groupe entend développer ce dispositif en Île-de-France dans un premier temps, avec des projets pour le premier trimestre 2022.

Autre solution proposée par Ogic : « L’accession Acquer », du nom d’une start-up qui propose des offres d’accession progressive à la propriété. Les deux acteurs se sont ainsi rassemblés au profit des « Français exclus de l’emprunt bancaire malgré leur niveau de revenus ». Ils visent ainsi les indépendants, les artisans, les seniors ou encore les personnes malades. Ici, nul besoin de recourir à un emprunt bancaire. Un faible apport permet d’entrer dans le dispositif Acquer afin d’acheter les premières parts du logement. L’acquéreur paye alors un loyer sur le reste du logement. D’année en année, comme avec APPI, il rachète des parts du logement au rythme qu’il souhaite. « Cette fois en revanche, la valeur des parts est révisée de manière régulière afin d’être en adéquation avec les prix du marché », précise Virginia Bernoux. Si l’acquéreur a finalement la possibilité de recourir à un emprunt bancaire, il peut racheter l’ensemble des parts et devenir pleinement propriétaire de son logement.

La solution Acquer sera déployée pour la première fois au Blanc-Mesnil (93), commune sur laquelle le promoteur développe actuellement des opérations.

Retrouvez l’intégralité du dossier sur les nouveaux modèles pour accéder à la propriété dans le 35ème numéro d’Objectif Grand Paris.

A lire sur le même sujet :

Très chère accession à la propriété…

Les promoteurs veulent mettre le logement neuf au cœur de la relance

Les promoteurs déplorent la « crise du permis de construire »