Novaxia : cap sur la transformation de bureaux

Novaxia : cap sur la transformation de bureaux

Depuis une quinzaine d’années, l’investisseur Novaxia réhabilite des immeubles de bureaux pour les transformer en logements. Aujourd’hui, le groupe ac

Publication de l’estimation annuelle du parc de bureaux
Le télétravail, la nouvelle norme ?
Avec In&di, Icade anticipe la réversibilité

Depuis une quinzaine d’années, l’investisseur Novaxia réhabilite des immeubles de bureaux pour les transformer en logements. Aujourd’hui, le groupe accélère ces opérations, qui doivent en outre afficher un impact environnemental et social fort.

L’expression « recyclage urbain » s’invite de plus en plus dans les outils de communication des acteurs de la ville. Ce terme recouvre plusieurs réalités, comme le fait de reconstruire la ville sur la ville pour limiter l’étalement urbain ou encore transformer des bâtiments pour leur donner un nouvel usage.

L’investisseur Novaxia en a fait une stratégie d’investissement depuis sa création en 2006. Il dispose de trois fonds immobiliers qui lui permettent de développer des opérations de transformation. Et pour Joachim Azan, président fondateur de Novaxia, l’heure est à l’accélération. « Avec l’augmentation du nombre de mètres carrés de bureaux vacants, la pénurie de logements dans les grandes métropoles et la prise de conscience environnementale, tout est favorable au recyclage urbain », déclare-t-il.

« Nous allons au-delà de la notion de Zéro artificialisation nette car nous « renaturons » les sites en proposant des jardins partagés ou des parcs publics » – Joachim Azan, président fondateur de Novaxia.

En 2021, Novaxia totalisait 70 projets en cours de développement, incluant 11 000 logements (dont 2 000 sociaux), pour un budget total de 4 milliards d’euros. Comment l’entreprise choisit-elle les immeubles à acquérir ? Sur des critères de prix bien sûr, le mètre carré de bureau devant être moins cher que celui du logement, mais aussi en se basant sur la surface d’espaces de pleine terre qui pourront être recréés après transformation. En 2021, près de 70 000 mètres carrés ont été réalisés. « Nous allons au-delà de la notion de Zéro artificialisation nette car nous « renaturons » les sites en proposant des jardins partagés ou des parcs publics. Il nous arrive de rejeter des dossiers car le bilan ZAN est défavorable », explique Joachim Azan.

Une collecte 286,7 millions d’euros

Parmi les projets phares de Novaxia, on note la réhabilitation et surélévation d’un ancien immeuble de bureaux rue Planchat, dans le 20e arrondissement de Paris (cf. photo ci-dessus). Acheté en 2016, le bâtiment a été livré en 2021. Près de 37 logements ont ainsi été réalisés. Dans le 1er arrondissement, Novaxia a participé à la transformation de la poste du Louvre, livrée en 2021 et transformée en logements, bureaux, hôtel et restaurants. L’investisseur est également présent sur plusieurs opérations à Clichy. L’an dernier, Novaxia a fait l’acquisition d’un immeuble de stockage et de bureaux. Objectif : transformer l’ensemble en une résidence de 306 logements.

À noter que Novaxia a « fait plus que tripler le montant de ses capitaux levés entre 2020 et 2021 », souligne Joachim Azan. Ainsi, en 2021, l’investisseur a collecté 286,7 millions d’euros, notamment grâce à l’ouverture de ses fonds à l’assurance vie. D’ici fin 2022, le groupe vise plus de 6 milliards d’euros d’encours sous gestion et 100 projets en développement.

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le 35ème numéro d’Objectif Grand Paris, à paraître début mars.

A lire sur le même sujet :

Avec In&di, Icade anticipe la réversibilité

« New », un immeuble co-construit avec ses occupants

L’ancien ministère de la Défense prochainement transformé en logements sociaux