« Metal 57 » : seconde vie pour les anciens ateliers industriels de Renault

« Metal 57 » : seconde vie pour les anciens ateliers industriels de Renault

Exit l’industriel « 57 Métal ». C’est aujourd’hui l’immeuble tertiaire « Métal 57 » qui fait face à la Seine Musicale, côté Boulogne-Billancourt. Le b

Tour Triangle, le retour…
Avec In&di, Icade anticipe la réversibilité
Gares à Champigny-sur-Marne : des architectures qui racontent l’histoire d’un territoire

Exit l’industriel « 57 Métal ». C’est aujourd’hui l’immeuble tertiaire « Métal 57 » qui fait face à la Seine Musicale, côté Boulogne-Billancourt. Le bâtiment d’origine, dessiné dans les années 1980 par l’architecte Claude Vasconi pour Renault, a été réhabilité et agrandi par Dominique Perrault. Il est à présent le siège du promoteur BNP Paribas Real Estate.

Clap de fin pour la ZAC du Trapèze à Boulogne-Billancourt, lancé il y a une quinzaine d’années. L’un des derniers chantiers du nouveau quartier s’est achevé ce mois-ci. Il s’agit de l’immeuble de bureau « Metal 57 », qui est en fait une restructuration-réhabilitation de « 57 Métal ». Ce dernier n’est autre que l’ancien atelier du constructeur automobile Renault, aujourd’hui siège du promoteur BNP Paribas Real Estate.

Construit en 1984 par l’architecte Claude Vasconi, le bâtiment a gagné le Grand prix national de l’architecture, puis a connu une première réhabilitation en 2004, réalisée par l’agence Jakob+MacFarlane. Sa seconde transformation commence en 2018, près de 6 ans après le départ de Renault. Cette « reconstruction à l’identique », impulsée notamment par l’architecte Dominique Perrault, n’était cependant pas de tout repos. Chaque élément de métal par exemple, trop abîmé pour être conservés en l’état, a dû être remplacé. D’autres matériaux ont pu être conservés après nettoyage, tels que les poteaux et les briques que l’on retrouve à l’intérieur du nouveau bâtiment.

Intérieur de Métal 57-Boulogne-Billancourt

Intérieur de la partie réhabilitée. Crédit : DR.

Multiplicité d’espaces de travail

Outre des postes de travail et des salles de réunion, l’espace intérieur à la fois ouvert et fermé, hybride aussi bien dans sa forme que dans ses fonctions, accueille un auditorium de 285 places modulable en salle de réception, mais aussi une « rue intérieure » on l’on trouve une salle de sport et des cafés-restaurants.

En plus de l’immeuble réhabilité de 2 étages, « Métal 57 » comporte une extension matérialisée par un second bâtiment accolé à l’ancien.

Le nouvel édifice, haut de 8 étages, reprend lui aussi les codes de l’immeuble originel, notamment l’« assemblage de grandes briques de verre aux lignes très marquées », rappelle le promoteur.

Si l’extension propose une approche plus classique dans son architecture, elle se distingue néanmoins par une multiplicité d’espaces de travail, allant du poste de travail standard (1 300 places) aux lieux de réunion « design » qui permettent d’accueillir les 1 800 collaborateurs de BNP Paribas Real Estate.

Avec « Metal 57 », BNP Paribas Real Estate et Dominique Perrault entendent donner à voir un « démonstrateur » de ce que peut être le bureau aujourd’hui, dans un contexte post-covid, bien que sa construction ait commencé avant la crise sanitaire. Le promoteur, qui occupe la moitié du site d’un total de 37 000 mètres carrés, partagera l’immeuble avec d’autres locataires, tels que l’entreprise de bière Kronenbourg et Odigo, spécialisée dans le numérique.

Intérieur de Métal 57-Boulogne-Billancourt

Vue, à gauche, sur la « rue intérieure » bordée de restaurants. Crédit : DR.

L’intégralité de l’article sera disponible dans le 36ème numéro d’Objectif Grand Paris, à paraitre en juin prochain.

A lire sur le même sujet :

Avec In&di, Icade anticipe la réversibilité

« New », un immeuble co-construit avec ses occupants

Novaxia : cap sur la transformation de bureaux

La nouvelle vie de la Poste du Louvre