L’Île-de-France et le sport : l’expertise de la région conforte son succès

L’Île-de-France et le sport : l’expertise de la région conforte son succès

Selon le dernier dossier paru à l'IRDS (Institut régional de développement du sport) l’Île-de-France se situe parmi les territoires les plus attractif

« L’avenir de Paris, c’est le Grand Paris »
Un mur d’escalade au Pavillon de l’Arsenal
2024 : Où en sera le nouveau métro ?

Selon le dernier dossier paru à l’IRDS (Institut régional de développement du sport) l’Île-de-France se situe parmi les territoires les plus attractifs pour l’accueil des grands événements avec une expertise construite et entretenue année après année. Avec l’organisation de nombreux grands événements sportifs, dont le plus emblématique est à venir avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, l’Île-de-France est au premier plan international grâce au sport.

Le sport est devenu en quelques années un pilier majeur d’une politique événementielle. Aux côtés des événements culturels et des foires-salons professionnels, les grands événements sportifs sont des outils de promotion, d’attractivité et d’animation des territoires. Qu’ils soient très médiatisés ou plus confidentiels, ils contribuent à la vie locale. Si les grands événements sportifs sont avant tout organisés par le mouvement sportif avec des objectifs sportifs, c’est bien parce que certains dépassent ce cadre par leurs effets qu’ils intéressent de plus en plus d’acteurs et qu’ils sont de plus en plus nombreux.

L’Île-de-France, terre de grands événements sportifs  : qu’entend-on par grands événements sportifs ?

Dans le cadre de ce dossier, sont considérées comme de grands événements sportifs, les compétitions majeures des disciplines sportives de haut niveau sans qu’il y ait de critères de fréquentation ou de médiatisation. Il s’agit des compétitions sportives seniors de niveau international ou continental ouvrant droit à un titre, un classement mondial ou appartenant à un circuit officiel qu’elles soient mixtes, féminines, masculines ou concernant des sportifs valides ou ayant un handicap. Ce champ large permet à la fois de prendre en compte les très grands, voire méga événements ayant des retombées économiques et médiatiques et des événements ayant un moindre rayonnement économique/médiatique mais un intérêt sportif majeur ou en termes d’animation et de cohésion sociale.

La majorité des grands événements sportifs sont organisés dans un cadre de compétition fixé par une fédération sportive internationale ou continentale. Pour les événements ayant lieu tous les ans, ils font partie d’un circuit/tournoi international ou sont labellisés de premier rang par les fédérations internationales et inscrits à leur calendrier (manches de Coupe du monde, Coupe d’Europe, tournois internationaux, opens internationaux…). Pour les événements exceptionnels, les fédérations nationales candidatent auprès des fédérations internationales pour obtenir l’organisation de l’édition d’un événement (championnats ou coupes du monde, championnats ou coupes d’Europe…).

La périodicité de l’organisation va de tous les ans (championnats du monde de cyclisme sur piste, par exemple) à tous les quatre ans (championnats d’Europe de football). Un événement sort de ce cadre général car il ne donne pas droit à des titres sportifs internationaux: les Gay Games que l’Île-de-France accueille en 2018. Mais cette manifestation rentre dans le cadre des événements exceptionnels pour lesquels les acteurs français ont dû candidater.

Sur la période allant de 2005 à 2020, 94 événements sportifs organisés en Île-de-France rentrent dans le cadre de cette définition. Quarante de ces événements ont lieu tous les ans, 54 sont organisés de manière exceptionnelle ).

L’IRDS a constitué une base de données sur ces 94 événements à partir de laquelle l’ensemble des analyses quantitatives ont été réalisées. Entre 35 et 40 grands événements sportifs organisés tous les ans en Île-de-France

Si les projecteurs sont régulièrement posés sur les événements exceptionnels – championnats ou coupes du monde, championnats d’Europe – et les événements récurrents les plus emblématiques – arrivée du Tour de France, Tournoi de Roland-Garros, Tournoi des VI Nations ou Marathon de Paris – de nombreuses autres compétitions, ouvrant droit à des titres et classements internationaux ou européens, sont organisées tous les ans sur le territoire francilien.

Depuis 2011, une trentaine de grands événements sportifs récurrents ont lieu chaque année en Île-de-France auxquels se rajoutent 3 à 6 grands événements exceptionnels. En 2017, il n’y a pas eu un mois sans l’organisation d’une ou plusieurs compétitions sportives internationales de premier rang en Île-de-France.

Cette dynamique est à la fois portée par des événements récurrents et des événements exceptionnels. Pour ces derniers, il y a une montée en puissance depuis 2015: 21 grands événements exceptionnels sont programmés sur la période 2015-2018. Vingt-huit ont eu lieu entre 2005 et 2014. La tenue de nombreux grands événements sportifs a été portée par la perspective d’accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2012 puis de 2024. L’obtention des Jeux de Paris 2024 va permettre le maintien de cette dynamique avec la mise au premier plan du savoir-faire français en matière d’organisation de grands événements. Certaines compétitions, comme les championnats d’Europe d’athlétisme 2020, d’ors et déjà programmées, serviront de préparation aux épreuves olympiques.

Les événements récurrents comprennent à la fois des événements sportifs parmi les plus anciens au monde, comme Roland-Garros (1891), l’arrivée du Tour de France (1903), l’Open de France de golf (1906) et des compétitions créées tout au long du xxe siècle ou plus récemment. Depuis 2009, 10 événements sportifs récurrents ont été créés sur le territoire francilien avec une prédominance des sports équestres (5 compétitions) mais également des compétitions de danse sportive (2 compétitions), d’athlétisme, de natation synchronisée et de sports automobiles.

À l’inverse, entre 2011 et 2016, 8 événements récurrents ne sont plus accueillis en Île-de-France: 2 compétitions équestres organisées au Grand Parquet de Fontainebleau et le meeting international paralympique d’athlétisme n’existent plus. Cinq autres compétitions ont désormais lieu en province dont le Trophée de France de patinage artistique relocalisé à Grenoble en 2017, l’Open de France de natation relocalisé à Vichy en 2013 puis à Chartres en 2017.

La disparition ou la relocalisation de ces événements renvoient soit à des questions d’organisation, comme le manque de soutien de la fédération sportive de rattachement, soit à des questions d’équipements (existence, niveau, disponibilité, coût) ou de modèles économiques. La mobilisation des équipements et l’organisation d’événements à faible fréquentation sont généralement plus aisées hors de la région francilienne, avec un coût moindre.

Lire la suite …. 

COMMENTAIRES