Les Régions réclament un nouvel acte de décentralisation

Les Régions réclament un nouvel acte de décentralisation

La Région Ile-de-France, comme ses alter ego, plaide en faveur d’un nouvel acte de la décentralisation. Un discours déjà ancien répété à l’occasion du

La MGP présente les actions de son projet de Pacte pour une logistique métropolitaine
Débat des municipales à Paris : les candidates unanimes pour soutenir les commerçants
Sept acteurs du logement récompensés

La Région Ile-de-France, comme ses alter ego, plaide en faveur d’un nouvel acte de la décentralisation. Un discours déjà ancien répété à l’occasion du Congrès des Régions. L’argument des collectivités : nous avons été durant la crise, et aujourd’hui encore, plus efficaces que l’Etat.

Le 16ème Congrès des Régions de France s’est tenu en octobre à Saint-Ouen dans l’hémicycle Simone Veil, siège du Conseil régional d’Île-de-France. Le thème : « Les régions, QG de la reconstruction », donnait clairement le ton : les Régions, qui estiment avoir été particulièrement efficaces dans la gestion de la crise sanitaire, veulent être le bras armé de la reprise. L’occasion aussi, pour elles, de valoriser leur action à l’approche des élections qui devraient avoir lieu en mars.

Meilleures face à la crise

L’élément principal de leur argumentaire : la gestion de la crise sanitaire, qui, pour Gérard Larcher, président du Sénat, « a confirmé la réactivité et l’agilité des collectivités territoriales ». A l’appui, un sondage Ipsos réalisé fin septembre-début octobre. 52 % de ceux qui ont répondu à cette enquête se disent satisfaits de l’action de leur région en matière de lutte contre l’épidémie de Covid-19 (contre 33% de mécontents). Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, abonde dans le même sens : « Sur la question des masques, nous avons été plus efficaces que le gouvernement. Nous avons mis en place nos propres chaînes d’approvisionnement et distribué, en quatre jours, 34 millions de masques sur le territoire francilien ».
Renaud Muselier, président des Régions de France, résume le propos : « Vous avez les munitions, nous avons les fusils, vous avez les moyens, nous avons les tuyaux ». Reste pour les régions à recevoir des instructions précises pour la mise en œuvre du plan de relance, directives qu’elles estiment ne pas connaître précisément pour l’instant.

Les Régions réclament de nouvelles compétences

Face au Premier ministre Jean Castex, François Baroin, président de l’Association des maires de France (AMF) a dénoncé « une culture centralisatrice profondément ancrée, très visible ces six dernières années, notamment avec la nationalisation d’impôts locaux tels que la taxe d’habitation. Il faut un véritable acte de décentralisation », poursuit-il.
Valérie Pécresse, qui rappelle que « les Régions ne sont ni des adversaires de l’Etat, ni des contre-pouvoirs » a par exemple évoqué la régionalisation de Pôle emploi, des missions locales, de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). « Cédez-nous l’intégralité des aides aux entreprises », a-t-elle également demandé considérant qu’il faille « mettre un terme à tous ces financements croisés ». Autre revendication des Régions : présider les Agences régionales de Santé (ARS).

Quid du calendrier électoral ?

Les élections départementales et régionales prévues au mois de mars pourront-elles avoir lieu ? Le sujet a également été mis sur la table lors du Congrès des Régions.

Si cet été, Renaud Muselier ou encore François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire envisageaient un report du scrutin afin notamment de laisser le temps aux exécutifs locaux de préparer les contrats de plan 2021-2027, les chefs des exécutifs régionaux ont désormais changé d’avis : sauf à constater l’impossibilité absolue le moment venu, ils préfèreraient voir l’élection se tenir à la date prévue« Quand on peut aller travailler et accomplir les gestes de la vie courante, on doit pouvoir organiser une élection. A la crise sanitaire et économique, n’ajoutons pas une crise démocratique », résume François Bonneau. Rappelons cependant que sur ce point une mission de réflexion vient d’être confiée à Jean-Louis Debré ; l’ancien président du Conseil constitutionnel est ainsi chargé de réfléchir à un éventuel… report des élections !

 

Photo : Valérie Pécresse ©Région Île-de-France