Les promoteurs veulent mettre le logement neuf au cœur de la relance

Les promoteurs veulent mettre le logement neuf au cœur de la relance

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a déposé hier, sur le bureau du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, une liste de 15 pro

Prolongement du RER E : inauguration du tunnelier à La Défense
Comment retrouver une souveraineté régionale ?
L’appel au secours des transports franciliens

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a déposé hier, sur le bureau du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, une liste de 15 propositions destinées à relancer le secteur du logement. Selon l’organisme, il faut miser sur le neuf.

Le secteur du logement est mal en point. Il y a eu l’approche des municipales, qui, comme à l’accoutumée, rend plus complexe la délivrance des permis de construire. S’est ensuite greffée, là dessus, la crise sanitaire : examen des projets immobiliers bloqué et chantiers en cours à l’arrêt pendant plusieurs semaines. Résultat : les autorisations de construire ont diminué de 46 % en trois mois, les mises en vente et les réservations ont chuté de 30 % pour le premier trimestre par rapport à 2019. « Le secteur a été paralysé et a pris un retard très important, surtout dans les grandes villes », explique Alexandra François-Cuxac, Présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

L’Île-de-France n’a pas été épargnée. Le territoire, qui accueille de nombreux grands projets liés à l’aménagement du Grand Paris, au Grand Paris Express, aux Jeux Olympiques, s’est mit lui aussi à l’arrêt. Pourtant, certaines perspectives sont plus favorables : « Il y a une certaine conscience écologique en Île-de-France. Grâce à sa gouvernance et à la place qu’elle occupe, la région a vocation à devenir un laboratoire d’expériences nouvelles, qui montrera la voie dans le domaine du logement. Les équipements réversibles créés pour les Jeux Olympiques, qui deviendront, une fois l’évènement passé, des logements, en sont un bel exemple », explique la présidente de la FPI. « Ce qu’il manque à la région capitale, c’est de la concertation, de la cohésion et de la cohérence », poursuit-elle.

Plus de demande que d’offre

Les craintes du secteur concernent la demande -les promoteurs regrettent que les autorités financières maintiennent des restrictions sur les crédits immobiliers-, « mais c’est surtout l’offre qui inquiète », affirme la présidente de la FPI. « À l’heure actuelle, il y a plus de demande que d’offre », assure-t-elle.
La Fédération espère donc une relance du secteur, mais aussi une évolution de la façon de concevoir les logements. « Nous devons tirer des leçons de la crise sanitaire et ainsi créer des logements en phase avec les attentes actuelles des citoyens : connectivité, évolutivité, adaptation au vieillissement et au handicap, le tout dans un logement vert, durable et surtout abordable », déclare Alexandra François-Cuxac. « Pour ce faire, la rénovation ne suffit pas. Une grande partie des logements sont totalement obsolètes et ceux qui peuvent être rénovés engagent beaucoup d’argent public », poursuit-elle.

La solution : le logement neuf

Pour la FPI, le logement neuf est la clé du renouvellement urbain car il est déjà vert, performant -économie d’énergie, matériaux bio sourcés, circuits courts…- et sera adapté aux usages émergents : esprit communautaire, télétravail, partage d’espace, réversibilité…

Hier, la Fédération a envoyé ses quinze propositions « pour une relance par le logement neuf » à Emmanuelle Wargon, Ministre délégué au logement au sein du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.

Simplifier les procédures

La première d’entre elle est la mise en place immédiate d’un régime « PC Covid » et « chantier Covid ». « Nous n’avons plus le temps de bâtir des ordonnances et d’attendre douze à quatorze mois pour obtenir les permis de construire ». En fait, la FPI demande temporairement l’accélération de la délivrance des permis de construire et la simplification des procédures afin de rattraper le retard accumulé.

Soutenir l’investissement

À court terme la FPI propose au gouvernement de soutenir l’accession à la propriété en prolongeant le dispositif de prêt à taux zéro (PTZ) jusqu’à fin 2022 pour les primo-accédants, en opérant des baisses ciblées de TVA et en créant une garantie de l’Etat pour les prêts immobiliers des particuliers.

La FPI conseille également d’encourager l’investissement locatif en renforçant le dispositif Pinel actuel et en instaurant, dès le 1er janvier 2021, un « Pinel croissance verte » conditionné par la durabilité du logement.
Par ailleurs, rappelant que le foncier est la principale cause de la hausse des prix du logement, la FPI souhaite que l’État interdise la vente aux enchères de foncier.

Elle propose aussi la mise en place de mécanismes d’encouragement aux maires « bâtisseurs » -aides budgétaires est en ingénierie- et de contraintes aux maires « malthusiens ». « On pourrait par exemple instaurer un classement des zones tendues », cite Alexandra François-Cuxac.

La dernière recommandation concerne la digitalisation du secteur, notamment de la procédure de délivrance des permis de construire, qui en serait ainsi simplifiée.

En parallèle, l’organisme s’apprête à lancer une campagne de communication à destination des élus locaux afin de les sensibiliser au logement neuf. Le slogan : « Aidons la ville de demain à sortir de terre ».