Les grèves, un coup de pouce au co-voiturage

Les grèves, un coup de pouce au co-voiturage

Klaxit, société de covoiturage présente sur l’ensemble du territoire français, a enregistré 100 000 inscrits supplémentaires durant les grèves de tran

Engagement Etat-AORIF-Action Logement en faveur de la mobilité dans le parc social d’Île-de-France
La spécialisation des bassins d’emploi franciliens dans une logique de métropole
Caution visale 2018 : les nouvelles dispositions pour faciliter l’accès au logement et à l’emploi

Klaxit, société de covoiturage présente sur l’ensemble du territoire français, a enregistré 100 000 inscrits supplémentaires durant les grèves de transport, en fin 2019. Ils sont pour l’essentiel franciliens. 

C’est connu, les voitures le matin sur le périphérique parisien ou sur les autoroutes qui conduisent à la capitale sont pour l’essentiel… vides. Elles accueillent le plus souvent un conducteur, parfois un passager, et les sièges arrière restent désespérément inoccupés. 

En passant à « deux personnes par voiture, il y aurait un tiers d’automobiles en moins en circulation », affirme la Région Ile-de-France. 

Dans l’immédiat, les grèves donnent un coup de pouce inespéré aux entreprises qui tentent de développer le service. Parmi elle, Klaxit, très présente en région parisienne. 

Depuis le 25 novembre, la jeune société, qui se targue déjà de proposer tous les jours 2 millions de trajets sur l’ensemble du territoire français, compte 100 000 nouveaux inscrits. Le nombre de trajets a été multiplié par 2,5 depuis ce même mois de novembre. 

Mieux, après l’arrêt des grèves de transport, dans la semaine du 20 janvier, Klaxit a conservé l’inscription de 88% des covoitureurs les plus récents.

Les pouvoirs publics tentent aussi d’encourager le mouvement. 

Durant la période de perturbation des transports en commun, des mesures nouvelles ont ainsi été mises en place par Ile-de-France Mobilités : un mois d’abonnement au service de location longue durée de vélo à assistance électrique Véligo Location a été offert aux Franciliens qui en ont fait la demande tandis que le covoiturage était offert à tous les Franciliens pendant les jours de grève, dès lors qu’ils s’inscrivaient sur des plateformes de covoiturage agréées (Blablalines, covoit’ici, Karos, Klaxit et OuiHop’). 

À l’avenir, des voies pourraient être réservées au covoiturage sur les autoroutes d’accès à Paris.

Plus d’information à trouver sur www.vianavigo.com

 

©Klaxit