Les entreprises face aux maires : créer un milieu favorable aux affaires

Les entreprises face aux maires : créer un milieu favorable aux affaires

À l’approche des Municipales, les entrepreneurs franciliens réunis par le Medef Île-de-France se sont mobilisés pour soumettre une liste de propositio

La Métropole se dévoile dans un film
Chemetov à la rescousse des Coursives
Bye bye Gagarine : Ivry change d’époque, pas de politique

À l’approche des Municipales, les entrepreneurs franciliens réunis par le Medef Île-de-France se sont mobilisés pour soumettre une liste de propositions aux futurs maires de la région. Ils espèrent ainsi peser dans la campagne. 

Début février, le Medef interpellait les futurs maires en leur soumettant, à l’aube des élections municipales, une série de propositions pour « faire de l’Île-de-France une région où il fait bon vivre et travailler ».

Première difficulté relevée par l’organisation patronale, la congestion des transports dans la région. Difficultés d’accès aux zones d’activités économique (ZAE), problèmes d’acheminement des marchandises, manque d’entretien des routes, mauvaise répartition de l’offre mobilière logistique avec les zones de consommation à l’oust et les entrepôts à l’est… Autant de problématiques qui pourraient en partie être réglées, selon le Medef, par la multiplication de parkings relais en périphérie, le développement d’aides aux professionnels pour l’acquisition de véhicules la faibles émissions et à la création de voies dédiées à ces mêmes véhicules.

Côté fiscalité, Daniel Weizmann, président du Medef Île-de-France regrette l’instabilité chronique de la fiscalité locale, très pénalisante pour les entreprises ». Il appelle les futurs élus à « faire preuve de modération et de stabilité ». À noter que les entreprises sont particulièrement inquiètes d’un possible accroissement du coût du Grand Paris Express, accroissement qui pourrait, à terme, peser sur leurs comptes…

Autre revendication : la préservation, voire la reconstruction d’un milieu favorable à l’industrie. « La désindustrialisation risque, selon Bruno Berthet, président du GIM (groupe des industries métallurgiques), de freiner le déploiement des innovations conçues dans les nombreux centres de recherche de la région ». 

Le Medef aborde également la question du logement, affirmant qu’il est « le problème majeur des salariés franciliens ». Le syndicat encourage notamment les élus locaux à poursuivre sur la lancée de 2018 en construisant entre 70 000 et 90 000 logements par an et à réguler Airbnb pour sauvegarder le parc locatif libre.

En termes de RSE, les entreprises franciliennes demandent le soutien des futurs maires qui devraient, selon elles, encourager la création de sites de proximité de gestion des déchets professionnels, lutter plus efficacement contre les dépôts sauvages et valoriser les entreprises éco-responsables.

Dernier axe abordé, le tourisme, « qui fait vivre 400 000 personnes dans la région » assure le MEDEF. Avec 50 millions de touristes accueillis en 2018, l’Île-de-France a battu un record… « Mais ces résultats ne doivent pas occulter la concurrence toujours plus vive d’autres destinations et la nécessité de s’améliorer pour y faire face », selon Jean-Pierre Chedal, président délégué aux relations interprofessionnelles du GNI (Groupement National des Indépendants de l’Hôellerie-Restauration). Les propositions du MEDEF : améliorer la propreté des rues, renforcer la sécurité des touristes, faire progresser le niveau de langues étrangères des professionnels du secteur et développer une offre touristique à l’échelle régionale, à l’heure où les étrangers restent principalement focalisés sur Paris et Versailles.

Des demandes somme toute classiques face à des problématiques -les transports, le logement, le tourisme…-, qui, souvent, dépassent de toute façon la capacité d’intervention des élus locaux.

 

©Medef Île-de-France