Le Muséum national d’Histoire naturelle et la Banque des Territoires nouent un partenariat dans le cadre du dispositif intracting

Le Muséum national d’Histoire naturelle et la Banque des Territoires nouent un partenariat dans le cadre du dispositif intracting

Bruno David, président du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), et Marianne Louradour, directrice de la Banque des territoires Île-de-France, o

63 % des collectivités franciliennes ont signé le contrat État-collectivité
“La Grande fête du Gros Paris” commence à Vitry
Face à la loi ELAN, l’Union Sociale pour l’Habitat reste sceptique

Bruno David, président du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), et Marianne Louradour, directrice de la Banque des territoires Île-de-France, ont signé la troisième convention « intracting » de la région en présence des représentants des ministères de l’enseignement supérieur et de l’innovation et de la transition écologique et solidaire.

L’intracting (Internal Contracting) est un dispositif innovant mis en œuvre pour la première fois par la Ville de Stuttgart en Allemagne. Il consiste à capitaliser les économies issues des gains de performance énergétique dans un « fonds » dédié à la rénovation énergétique des bâtiments. Dans le cadre du Grand Plan d’Investissement lancé en 2017 par le Premier ministre, la Banque des Territoires mobilise 500 M€ de fonds propres et 2 Mds€ de prêts sur fonds d’épargne pour accompagner les projets de rénovation énergétique des bâtiments publics.

Le schéma directeur énergie du MNHN a permis d’identifier 2 millions d’euros de travaux prioritaires et efficaces en termes de performance énergétique. La Banque des Territoires cofinancera la moitié du projet, via les fonds propres de la Caisse des Dépôts sous forme d’avance remboursable, à hauteur d’1M€. Ces travaux doivent permettre de dégager en 10 ans près de 40000 MWh d’économies d’énergie soit près de 2 700 000 € d’économies.

Le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) s’est engagé dès 2010 dans une démarche d’amélioration de sa performance énergétique. La mise en œuvre du dispositif intracting, piloté par une économe de flux, s’accompagne d’une démarche d’optimisation de la gestion et de l’usage des bâtiments. Le mécanisme d’intracting repose sur un cercle vertueux où les économies générées sont sanctuarisées pour l’avenir du patrimoine immobilier de l’établissement.

Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont à l’origine de 42% de la consommation d’énergie finale en France et de près du quart des émissions de gaz à effet de serre. La rénovation énergétique des 350 millions de mètres carrés de bâtiments publics représente un enjeu majeur pour la transition écologique et énergétique.

⇒ Banque des Territoires

⇒ Muséum national d’Histoire naturelle

COMMENTAIRES