Le Grand Paris qui invente

Le Grand Paris qui inventeStation F, considéré comme le plus grand incubateur du monde. Crédit : Station F Paris.

Considérée comme la clé de la transformation des sociétés et des villes, l’innovation portée par les start-up est choyée par les pouvoirs publ

« Aux origines du Grand Paris : 130 ans d’Histoire »
Comment développer l’artisanat dans les quartiers de gare du Grand Paris Express ?
Les maires d’Ile-de-France se donnent rendez-vous au Parc Floral

Considérée comme la clé de la transformation des sociétés et des villes, l’innovation portée par les start-up est choyée par les pouvoirs publics. En région parisienne, les jeunes pousses sont désormais nombreuses. Leur mission : innover et, surtout, apporter des solutions durables à un monde en pleine mutation. Leur passage au stade industriel reste cependant difficile, notamment aujourd’hui, alors que le ralentissement de l’investissement menace.

Loïc Dosseur n’en fait pas mystère : il en a plus qu’assez qu’on ne lui parle que « licornes », levées de fond, capitalisation… Pour le directeur de Paris&Co, agence de développement économique qui anime une dizaine d’incubateurs thématiques – Le Tremplin, plateforme dédiée au sport, TechCare Paris, spécialiste de la santé, Welcome City Lab, qui accueille les start-up du tourisme, etc. – dans la métropole francilienne, là n’est pas vraiment la question. Certes, il faut que les start-up accompagnées dans les incubateurs parisiens trouvent leur modèle économique, se développent et deviennent rentables – c’est la règle commune à toute entreprise – mais il faut surtout, toujours selon le directeur de Paris&Co, qu’elles soient utiles et apportent des innovations qui soient aussi des solutions durables aux problèmes de notre temps.

Voilà la clé, insiste Loïc Dosseur, d’une innovation « socialement responsable », adaptée à notre siècle… L’agence, qui a déjà accompagné en une dizaine d’années quelque 2000 start-up, se veut donc très sélective à l’entrée de ces écloseries où l’on est choyé, à grand renfort de conseils, d’aides au financement, de constitutions de réseau…

« Pas d’innovation futile ici, répète Loïc Dosseur, mais de l’innovation utile. »

Un exemple ? L’immobilier et la construction comptent, avec les transports, parmi les secteurs les plus émetteurs de carbone qui soient. Les start-up qui, d’une façon ou d’une autre, apportent des solutions pour limiter ces émissions carbone, sont ainsi jugées prioritaires. C’est, par exemple, le cas de Low  What, une jeune entreprise qui analyse les consommations des particuliers comme des sociétés pour les aider à « construire leur plan d’amélioration énergétique ».

« Cette start-up grandit très vite parce qu’elle répond à un problème de société », souligne Loïc Dosseur.

D’autres start-up, répondant au souci d’une alimentation plus locale et plus saine ou apportant des solutions en matière d’agriculture urbaine et/ou de mobilité respectueuse de l’environnement, sont ainsi privilégiées par les incubateurs parisiens.

Pour trouver « la meilleure solution durable à un sujet réel », les responsables des incubateurs vont également à la rencontre des grandes entreprises ou des collectivités publiques pour identifier les besoins et les présenter ensuite aux start-up qui seront en mesure de chercher et d’élaborer une ou des solutions.

Paris, terreau privilégié

Et tout cela, manifestement, fonctionne : la terre francilienne, avec les incubateurs de Paris&Co, mais aussi avec bien d’autres sites liés aux entreprises ou aux campus universitaires, est devenue particulièrement fertile en matière d’innovation. Les start-up, particulièrement choyées, s’y multiplient.

« C’est à Paris », rappelle Nicolas Regnier, fondateur et animateur du Programme Ville de demain, au sein de la Station F, « qu’agit aujourd’hui le plus grand incubateur du monde, la Station F. »

De fait, le site parisien fondé par Xavier Niel compte aujourd’hui une trentaine de programmes placés sous l’égide d’entreprises, comme LVMH ou L’Oréal, ou de grandes écoles. Les thématiques concernées y sont très diverses, de l’alimentation aux crypto-monnaies. Et c’est tout récemment que Ville de demain, qui unit les entreprises qui entendent faire progresser la ville durable, est née au sein de la Station F. Point commun entre la plupart des start-up, quel que soit leur domaine de prédilection, le numérique y est omniprésent, même s’il apparaît davantage comme un outil que comme une finalité en soi. Dans de nombreux secteurs – au-delà du numérique à proprement parler, des jeux vidéo au e-commerce –, la transformation passe par le digital. Aujourd’hui encore, des sites spécialisés naissent régulièrement : ils associent acteurs et experts de filières jugées porteuses d’innovation afin de constituer de nouvelles écloseries fertiles pour les porteurs de projet. Au printemps dernier, un tout nouveau PariSanté Campus a ainsi ouvert ses portes dans le 15e arrondissement parisien.

Financé par l’État, mais aussi par l’Inserm, l’université PSL, l’Inria, le Heath Data Hug et l’Agence du numérique en santé, le site a pour ambition de structurer une filière française en santé numérique : on y partagera expertises et outils, proposera des formations, accélérera des entreprises. De quoi, affirme ParisSanté Campus, « accompagner les grandes mutations du système de santé ».

Autre acteur majeur de ce fameux « écosystème de l’innovation », la BPI (Banque publique d’investissement), qui propose un panel très large de solutions financières, de l’amorçage (fonds destinés au démarrage des start-up) jusqu’à la cotation en bourse, du crédit aux fonds propres.

Entre 2013 et 2018, Bpifrance a ainsi octroyé une aide à l’innovation à 7 000 entreprises franciliennes. Les données les plus récentes montrent que les bénéficiaires sont majoritairement des très petites entreprises. L’effort de soutien à l’innovation de Bpifrance, couplé aux mesures prises par la Région, concerne un large spectre de secteurs d’activité : santé, biotechs, aéronautique, tourisme… Il faut aussi noter que l’appui de Bpifrance constitue souvent un signal fort pour les capitaux-risqueurs privés.

« La BPI joue le rôle d’un très puissant guichet unique, assure Loïc Dosseur. Et pour ce qui est du financement privé, la place parisienne, désormais en pointe, est passée devant la place londonienne… »

Autres vecteurs de développement importants de « l’écosystème de l’innovation » : les pôles de compétitivité, qui associent enseignement supérieur, laboratoires de recherche et entreprises. Au sein des centres scientifiques et technologiques que sont Paris-Saclay et ses grandes écoles, à Évry-Courcouronnes, avec le Génopole, ou encore à Champs-sur-Marne, avec la Cité Descartes, on observe la co-localisation de campus universitaires, d’écoles supérieures, d’incubateurs et de laboratoires de recherche, publics autant que privés : au sein de toutes ces structures, l’innovation se développe, à des degrés et des moments différents de sa vie, de la naissance d’une idée jusqu’à son développement entrepreneurial…