L’ancien ministère de la Défense prochainement transformé en logements sociaux

L’ancien ministère de la Défense prochainement transformé en logements sociaux

Les travaux sont lancés. 254 logements sociaux avec gymnase, crèche et jardin remplaceront, d’ici 2023, l’ancien ministère de La Défense, dans le 7e.

Les lignes 16 et 17 du GPE ne seront pas en service pour les JO
Présidentielle : la MGP très décriée
Kaléï entre en commercialisation sur Paris Rive Gauche

Les travaux sont lancés. 254 logements sociaux avec gymnase, crèche et jardin remplaceront, d’ici 2023, l’ancien ministère de La Défense, dans le 7e. L’opération augmentera d’un tiers le nombre de logements sociaux de l’arrondissement parisien le plus déficitaire en la matière.

En mai 2018, la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP) rachetait à l’Etat l’îlot Saint-Germain, qui correspond aux anciens locaux du ministère de la Défense -il a depuis déménagé à Balard, dans le 15e arrondissement-, pour lui donner une seconde vie. Une opération à 29 millions d’euros, réalisée grâce au dispositif de décote autorisé par la loi Duflot*. 

L’adresse est prestigieuse : ce bâtiment de 17 000 m2, chargé d’histoire, est situé rue Saint-Dominique, dans le 7ème arrondissement parisien, à deux pas de l’Assemblée nationale et du Musée d’Orsay. 

En 2018, dans le cadre du Plan grand froid, l’ Îlot Saint-Germain avait été réquisitionné pour accueillir 250 sans-abris. À présent, il entame une seconde vie.

Jeudi 1er octobre 2020, après avoir terminé la phase de curage et de désamiantage, la RIVP a annoncé le démarrage des travaux de réhabilitation du site. Il sera transformé en un ensemble de 254 logements sociaux répartis sur 12 000 m2, qui devraient être loués entre six et 14 euros le mètre carré. Une aubaine, dans un quartier très contraint, qui est le plus déficitaire de la Capitale : le 7e arrondissement compte actuellement 2 % de HLM, contre 23,6 % en moyenne à Paris. « Avec cette opération, on grimpera à 3 %… Il y a encore du travail ! », précise Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris en charge du logement. 

Coté esthétique, les structures du bâtiment seront conservées, tout comme les parquets, les moulures et les cheminées, qui donneront sans doute beaucoup de cachet aux appartements à venir. Autre forme de réemploi : les portes des anciens bureaux deviendront les portes des caves et les belles pierres des escaliers seront utilisées dans un futur local à poubelle « très chic », selon les mots de François Brugel, l’un des architectes du projet. 

L’îlot sera également équipé d’une crèche de 68 berceaux et d’un équipement sportif semi-enterré, construit dans la cour centrale. Un jardin de 550 m2 avec 80 cm d’épaisseur de terre (1m20 pour les parties où des arbres seront plantés) prendra place sur le toit de ce gymnase. Certaines terrasses seront également végétalisées. Coût total des travaux : 46 millions d’euros. La livraison est prévue au printemps 2023. 

Selon Ian Brossat, ce chantier, synonyme de « rééquilibrage territorial », doit être dupliqué. « La question, à présent, c’est comment va-t-on arracher d’autres cessions à l’Etat ? La dynamique est en panne depuis 2017, il faut la relancer. Il y a des sites parisiens dans notre viseur, notamment l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF), dans le 15e arrondissement », poursuit-il. 

*La loi du 18 janvier 201315(*), dite « loi Duflot » a introduit la possibilité d’appliquer une décote pouvant aller jusqu’à 100% de la valeur vénale du prix des terrains cédés par l’État et ses établissements publics lorsque ces terrains sont affectés à la construction de logements dont une partie au moins est constituée de logements locatifs sociaux.

©RIVP