La cité fertile ou la V2 de l’urbanisme transitoire culturel éco responsable

La cité fertile ou la V2 de l’urbanisme transitoire culturel éco responsable

L'urbanisme transitoire, concept apparu depuis une trentaine d'année et en plein essor depuis 10 ans, est (pour faire simple) une forme de squat légal

Paris devient le moteur de la mobilisation de la finance durable
Rio de Janeiro : le développement durable mis en difficulté par la crise
Lancement de la 6e campagne de labellisation EcoQuartier

L’urbanisme transitoire, concept apparu depuis une trentaine d’année et en plein essor depuis 10 ans, est (pour faire simple) une forme de squat légal, où l’occupation des lieux se fait en accord avec le propriétaire pour une durée donnée et sur un thème, qui jusqu’à présent s’orientait principalement vers le loisir et/ou le culturel. Des friches industrielles, beaucoup en ont vu le jour, des “grands voisins” à “l’aérosol” en passant par “ground control” mais la cité fertile s’inscrit comme un urbanisme transitoire assumé, le chaînon manquant entre la friche industrielle et le projet d’une municipalité.

Se définissant comme un catalyseur de rencontres au service de la transition écologique, la cité fertile s’organise autour d’espaces de vie et de travail communs, réunissant des acteurs à priori opposés. Grandes entreprises, start-ups innovantes, acteurs publics ou simples citoyens, ils expérimentent et co-construisent un avenir joyeux et durable grâce aux dispositifs facilitateurs qu’elle propose.

3 ans en 3 temps : la mise en place d’un tiers lieu

La cité fertile se développera sur 3 années, 36 mois rythmés par les échanges et le “vivre ensemble” autour d’ateliers, de conférences, de classes pédagogiques, d’installations et d’agriculture urbaine.

Maintenant, avec un accueil tourné vers le repos et l’échange. On vient ici pour manger, boire, échanger et se reposer. Un terrain de pétanque, un lieu clos et sécurisé propice aux courses enfantines, la cabane à méditer histoire de terminer l’été en douceur. Les “cuves” sont là si vous avez soif ou faim, et le préau commencera dès mercredi à accueillir les premières associations locales. Au programme :  jeux (ping pong, volley, pétanque, molkky) une bibliothèque en plein air, des espaces de jeux pour enfants des dégustations et des ateliers.

 

Courant septembre et octobre le comptoir des innovations verra le jour. 200m2 pour accompagner les énergies entrepreneuriales de Seine-Saint-Denis vers des enjeux durables, et grâce au campus de tiers lieux guidera le développement de 12 porteurs de projets pendant 6 mois dans leur création de tiers lieux.

“Il y a 26 ans j’ai monté le glazart, nous étions partis sur un projet de 2 ans avec des idées un peu folles et ça a fonctionné, après plusieurs lieux (NDRL : le dernier en date étant la recyclerie porte de Clignancourt) c’est la première fois que nous passons “le périph” avec ce très audacieux projet qui va durer 3 ans. C’est le projet le plus ambitieux mais également le plus risqué financièrement” explique Stéphane Vatinel, créateur du lieu.

Plus tard en 2019, après la trêve hivernale (fermeture prévue pour le 19 octobre), quatre nouveaux lieux verront le jour :

• la serre : 800m2 pour expérimenter l’agriculture urbaine,
• la source : 200m2 pour se retrouver autour de plats simples et savoureux
• la halle : 2000m2 d’expositions et conférences
• les écuries : 500m2 d’ateliers d’artisans pour favoriser les circuits-courts.

La réouverture est prévue en février mars.

 

Des partenaires institutionnels et grands compte assumés

La cité fertile crée le lien entre les générations, les populations et les citoyens, mais elle ne s’oppose pas aux institutions ni aux grands groupes. L’idée du co-exister doit également se faire avec des acteurs économiques pour que le projet soit viable sur du long terme.

“Nous travaillons avec les institutionnels, les municipalités, les conseils généraux. Ces institutionnels nous accompagnent et nous soutiennent, d’une part parce que nous sommes une sorte de poisson-pilote du développement durable dans des quartiers qui sont difficiles, ensuite parce que nous sommes la preuve que nous pouvons changer l’esprit d’un quartier et réunir les habitants autour d’un projet lié à leur commune. Nous travaillons également avec des grandes sociétés comme Veolia ou Eiffage, en créant les incubateurs nécessaires au développement des tiers lieux qu’ils souhaitent mettre en place ou accueillir” continue Stéphane Vatinel

Un lieu d’échange et de création

La cité fertile est avant tout un lieu Pantinois, sur le futur éco quartier de la ville qui a pour objectif de mettre en avant toute les initiatives qui vont dans le sens de l’aménagement du territoire au travers du mieux vivre ensemble, l’économie circulaire, les circuits courts le développement durable, et la création de lien social.

“Les valeurs que nous voulons porter sont celles-ci et nous voulons que chaque conférence et salon professionnel qui seront accueillis ici soit dédiés à ces valeurs de partage et de co-construction écologique au sens large du terme. Mes premiers lieux étaient de lieux de loisirs et artistiques, nous passons aujourd’hui à l’étape d’après qui consiste à créer des lieux d’échanges et d’actions sur ces thèmes qui réunissent beaucoup de populations quelques soient les communautés ou les portefeuilles.”

Programme et renseignements pratiques

LA CITÉ FERTILE – Gare de marchandises SNCF
14 Avenue Edouard Vaillant, 93500 Pantin

Page Facebook ici 

Entrée libre 
Horaires d’ouverture :  du mercredi 15 août au dimanche 14 octobre
• mercredi, jeudi et vendredi de 17h à 00h
• samedi de 12h à 00h
• dimanche de 11h à 21h

Accès
RER E Pantin (4 minutes à pieds)
Métro Quatre Chemins – ligne 7 (8 minutes à pieds) et Métro Hoche – ligne 5 (10 minutes à pieds)
Tram 3 Ella Fitzgerald (5 minutes à pieds)
Bus 170, 249, 330 arrêt Jean Moulin
Parking à vélo à l’entrée du site.
Pas de parking voitures.

COMMENTAIRES