JO Paris 2024 : les TPE-PME-ESS à l’honneur du 4e meet-up

JO Paris 2024 : les TPE-PME-ESS à l’honneur du 4e meet-up

Les chantiers des Jeux olympiques de Paris 2024 ne laissent pas les entreprises indifférentes. Le 28 septembre dernier à Eaubonne (95), elles étaient

L’Île-de-France et le sport : l’expertise de la région conforte son succès
Un mur d’escalade au Pavillon de l’Arsenal
2024 : Où en sera le nouveau métro ?

Les chantiers des Jeux olympiques de Paris 2024 ne laissent pas les entreprises indifférentes. Le 28 septembre dernier à Eaubonne (95), elles étaient près de 378 TPE, PME et entreprises de l’Économie sociale et solidaire (ESS) à se rendre au quatrième meet-up organisé par la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo) et le comité d’organisation Paris 2024.

L’occasion de rencontrer, en plus des constructeurs déjà sélectionnés pour réaliser les ouvrages, 36 acheteurs et une cinquantaine d’exposants issus de différents secteurs d’activités : gros-œuvre, travaux publics, aménagement et construction durable, accessibilité ou encore économie circulaire et réemploi. « Les meet-up constituent un point de rencontre inédit entre l’ensemble de ces acteurs. Ils permettent aux TPE, PME et structures de l’ESS de présenter leurs offres, leurs solutions innovantes et audacieuses, symboles du savoir-faire français, et de décrocher des marchés », indique le Solideo dans un communiqué.

La cible choisie ne doit rien au hasard. En juillet 2018, organisateurs et maîtres d’ouvrage ont signé une « charte emploi et développement territorial ». Objectif : faire bénéficier 25 % du montant des marchés à ces petites et moyennes entreprises. D’après la Solideo, elles sont aujourd’hui 839 à avoir signé au moins un contrat pour la réalisation des ouvrages, pour un montant de 177,7 millions d’euros, soit 35,2 % de l’objectif final. « Un objectif qui sera atteint, voire dépassé dans les deux prochaines années », assure la Solideo.

9 000 salariés mobilisés

A trois ans des Jeux, les chantiers se multiplient dans le nord de l’Ile-de-France. D’ici la fin de l’année, les travaux battront leur plein pour plus de trente ouvrages, alors que seuls deux chantiers étaient ouverts en janvier dernier. « Près de 9 000 salariés seront mobilisés sur l’ensemble des projets », précise la Solideo. Parmi les réalisations qui sortent de terre, on compte le Village des athlètes (à cheval entre Saint-Denis, L’Île-Saint-Denis et Saint-Ouen), le Village des médias (Dugny), le Centre aquatique olympique (Saint-Denis) ou encore l’Arena 2 porte de La Chapelle (Paris 18e).

De nouveaux marchés devraient être passés dans les six prochains mois, notamment pour la rénovation de la Grande Nef de L’Île des Vannes (L’Île-Saint-Denis) et la base police-pompier de la Préfecture de police (Saint-Denis) qui vise à renforcer la sécurité sur les sites olympiques durant l’événement.

En 2021, d’après la Solideo, « près de 750 millions d’euros de marchés ont été engagés et déclarés, dont 275 millions d’euros de subventions publiques » . Côté emploi, les Jeux dans leur globalité devraient permettre le développement de 150 000 emplois, dont 12 000 pour la construction des ouvrages.

 

Crédit photo : Solideo.