Inventons la Métropole du Grand Paris : 164 groupements finalistes

Inventons la Métropole du Grand Paris : 164 groupements finalistes

Le choses s’accélèrent autour de l’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris. Le jury a retenu 164 groupements d’entreprises pour la conce

Les villes bichonnent leurs « techs »
Les 25 villes du C40 s’engagent pendant la COP 23
Keolis dans les starting-blocks pour exploiter le nouveau métro

Le choses s’accélèrent autour de l’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris. Le jury a retenu 164 groupements d’entreprises pour la conception de projets architecturaux sur 57 sites répartis sur le territoire métropolitain.

L’appel à projets Inventons la Métropole du Grand Paris est entré, le 1er mars 2017, dans sa première phase de sélection. Initié en février 2016 par la Métropole du Grand Paris (MGP), en partenariat avec la Société du Grand Paris et l’Etat, ce concours vise à réaménager 57 sites – soit 230 hectares – proposés par les maires de la Métropole du Grand Paris. « Sur les 420 dossiers de groupements d’entreprises reçus, nous avons retenu 164 candidatures, soit environ 3 dossiers par site. Ces finalistes vont à présent se lancer dans l’élaboration d’un projet plus affiné », déclare Patrick Ollier, président de la MGP, qui en attend des « signaux architecturaux forts » pour rendre la métropole parisienne visible à l’international.

Si certains élus ont une idée précise des projets qu’ils souhaitent voir se construire (équipement culturel, logements, halle commerçante, etc.), d’autres ont laissé carte blanche aux groupements composés d’architectes, promoteurs et investisseurs français et étrangers. Seule obligation : que ces réalisations, qu’elles se situent sur des terrains nus ou qu’il s’agisse de bâti à réhabiliter – à l’exemple de la piscine municipale de Saint-Denis ou du fort militaire des Hautes Bruyères – soient des  projets dotés « d’innovations exceptionnelles visant à transformer la Métropole en véritable exemple de ville durable et intelligente ». Au total, 326 start-ups, associations et PME innovantes ont participé à l’élaboration des dossiers. « Certains groupements ont intégré à leur projet un système de livraisons par drones, un réseau de mini-bus à la demande ou encore une station service proposant un carburant innovant », poursuit Patrick Ollier. Par ailleurs, plus de la moitié des 164 finalistes ont inclus des parcelles d’agriculture urbaine dans leurs esquisses.

6,4 milliards d‘euros d’investissements

Car ce sont bien des « croquis simplifiés n’impliquant pas d’indemnisation de la part des investisseurs » qui ont été demandés. Une précision qui a son importance : l’appel à projets Réinventer Paris avaient généré une série de mécontentements chez des architectes qui avaient été peu (ou pas du tout) payés lors du concours. Pour cette deuxième phase, les investisseurs ont l’obligation de rémunérer les entreprises participantes. Par ailleurs, une offre de financement de 200 millions d’euros peut leur être octroyée par la Caisse des dépôts et l’Etat, via le Programme des investissements d’avenir, pour perfectionner leur projet. Au total, d’après la MGP, cette consultation devrait générer 6,4 milliards d‘euros d’investissements (soit 1 point de PIB pour la MGP) de la part des groupements qui devraient bâtir 2,6 millions de mètres carrés.

Comme dans tous les concours d’urbanisme, des territoires phares sortent du lot. Parmi les « stars du Grand Paris Express » selon Martin Guespereau, directeur du projet Inventons la Métropole du Grand Paris, on retrouve les terrains situés près des futures gare. C’est le cas d’Issy RER (4 groupements retenus), de Nanterre La Boule (4 groupements) et de Saint-Denis Pleyel (5 groupements). D’autres villes, autrefois délaissées, connaissent également une notoriété soudaine grâce au passage annoncé du nouveau métro. « Les travaux menés par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine participent également à l’attractivité de certains quartiers », précise Martin Guespereau. C’est le cas des terrains proposés dans le quartier du Luth à Gennevilliers, de la Noue Caillet à Bondy et du Plateau à Clichy-sous-Bois/Montfermeil. Au total, ce sont 21 sites qui se retrouveront dans les quartiers de gare.

MGP vs Etat

Si le site proposé par la commune d’Epinay-sur-Seine est le seul à ne pas avoir été choisi par un groupement, celui de la commune de Noisy-le-Grand s’est vu retiré du concours. « Le ministère de la Justice comptait préempter le terrain. Aujourd’hui, nous sommes en discussion avec l’Etat pour essayer de relancer le dossier », souligne Michel Delpuech, le nouveau préfet de la région Ile-de-France. S’il est réintégré au concours, le terrain pourrait rejoindre la soixantaine de sites qui s’inscriraient dans la deuxième édition de l’appel à projets.

Prochaine étape, la remise des offres répondant au cahier des charges établi par chaque maire avant la fin juillet 2017. Les 57 lauréats devraient être annoncés en septembre de cette année.

 

Ci-dessus, Foncière des régions à Saint-Denis-Pleyel. Crédits : mandataire : Foncière des régions / architectes : OMA – Explorations architecture – Data architectes – Bruther »

COMMENTAIRES