Grand Paris Express : nouveau retard dû au confinement

Grand Paris Express : nouveau retard dû au confinement

Trois à huit mois. Ce sont les délais de retard qu’accusent les chantiers du Grand Paris Express suite au confinement du printemps dernier. Le nouveau

Publication de l’estimation annuelle du parc de bureaux
Entretien avec Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement : « Concilier densification et nature en ville, c’est possible. Sortons des visions binaires… »
« Inventons la Métropole du Grand Paris » : les 43 sites retenus

Trois à huit mois. Ce sont les délais de retard qu’accusent les chantiers du Grand Paris Express suite au confinement du printemps dernier. Le nouveau métro se fait donc toujours attendre… 

Le Grand Paris Express n’échappe pas aux retards dû au confinement. Comme de nombreux chantiers franciliens, les travaux du nouveau métro ont été mis à l’arrêt entre mars et mai 2020, occasionnant un retard « de l’ordre trois à huit mois », indique Thierry Dallard, président de la Société du Grand Paris (SGP). L’aménageur du nouveau métro n’a cependant pas donné de nouvelles dates de livraisons des lignes 15, 16, 17 et 18, qui n’ont pas attendu la crise sanitaire pour accuser un retard de plusieurs années.

Initialement prévue pour 2018, la ligne 15 sud, entre Pont de Sèvres et Noisy-Champs, a connu différents reports (2020, 2022, 2024, et enfin 2025 !). En cause, une série de difficultés techniques rencontrées sur les chantiers, notamment sur les lieux d’interconnexion avec des transports existants. L’effet domino n’a pas manqué de se produire pour les trois autres lignes.

Les 16 et 17, très attendues pour les Jeux Olympiques de 2024, ne relieront finalement pas les sites olympiques entre eux. Les mises en services s’échelonneront entre mi-2024 et 2030 selon les tronçons. Quant à la ligne 18, le nouveau métro n’y roulera pas avant 2026. La 14 prolongée vers le nord depuis décembre 2020 sera donc la seule nouvelle ligne à pouvoir faciliter les déplacements lors des Jeux.

Fini le viaduc à Saclay

Du côté des élus, c’est donc une nouvelle fois la consternation. Certains ont spécialement créé des associations pour demander l’arrivée des lignes en temps et en heure, à l’image de l’Association de promotion de la ligne 15 Est ou encore de l’Union des élus pour la ligne 18. Cette dernière était la plus menacée il y a quelques temps encore. Les revendications des maires et leurs manifestations ont-elles porté leurs fruits ? Peut-être. En tout cas aujourd’hui, les choses avancent sur le Plateau de Saclay.

La SGP a acté la suppression d’un viaduc entre les villes de Saclay et Magny-les-Hameaux. Les rails, sur 5,1 kilomètres, seront finalement aménagés au sol afin de permettre « au métro de circuler plus discrètement, au niveau visuel et sonore », précise la SGP. L’économie générée par ce changement est tout de même de l’ordre de 30 millions d’euros pour l’aménageur. Un montant non négligeable lorsqu’on se souvient qu’en 2018, la Cour des compte avait jugé « nécessaire d’alerter sur le dérapage considérable du coût prévisionnel du projet du Grand Paris Express », avec une augmentation de 13 milliards d’euros en cinq ans.

A noter que le budget 2021 adopté par le Conseil de surveillance de la SGP s’élève à 4,6 milliards d’euros d’investissements, dont 4,2 milliards d’euros pour les travaux du nouveau métro. Le reste servira à la modernisation des autres transports publics franciliens (prolongement du RER E vers l’ouest, et des lignes 11 et 14 du métro).

 

Photo : Les 1800 premiers mètres de rails du Grand Paris Express ont été posés fin octobre dans l’arrière gare de Noisy-Champs, futur terminus des lignes 15 sud et 16. ©Cyrus Cornut – Société du Grand Paris