Le Grand Paris Express bouscule les réseaux souterrains

Le Grand Paris Express bouscule les réseaux souterrains

Parmi les travaux préparatoires à la construction des nouvelles lignes de transport, il y a le déplacement des réseaux souterrains. Une obligation à l

Keolis dans les starting-blocks pour exploiter le nouveau métro
Vectuel, la ville numérisée
Le prix Haussmann 2016 décerné à deux ouvrages

Parmi les travaux préparatoires à la construction des nouvelles lignes de transport, il y a le déplacement des réseaux souterrains. Une obligation à laquelle doit notamment se soumettre le Syndicat des eaux d’Île-de-France. Pendant presque 2 ans, 5 communes du Val-de-Marne verront leurs conduites déviées. Un casse-tête pour piétons et automobilistes, mais aussi des investissements assez lourds pour le syndicat.

Vitry-sur-Seine, fin août 2017. Au 14 avenue Rouget-de-Lisle, les voitures se croisent à allure réduite sur la chaussée rétrécie. Même difficulté pour les piétons, sommés par des panneaux « Traversée obligatoire » de migrer vers la rue d’en face, faute de trottoir disponible plus avant. Et pour cause. En contrebas, sous terre, une poignée d’ouvriers s’affaire dans une tranchée juste assez large pour y installer des conduites d’eau potable et d’assainissement d’un mètre de diamètre.

Sur ce même chantier, à l’intérieur de la cabine de grue, un autre collègue tente minutieusement de faire descendre 7 tonnes de tuyau dans la tranchée, à l’intérieur de laquelle on reste en alerte : une fois la conduite posée à terre, il s’agira de la souder de l’intérieur au reste du tube. C’est la mise en service du tramway T9, dans les temps, qui est en jeu, et du « dévoiement » préalable des conduites existantes dans le sol. Une opération qui se répète depuis septembre 2016 sur presque 8 kilomètres, soit 5 communes impactées – Thiais, Vitry-sur-Seine, Ivry-sur-Seine, Orly et Choisy-le-Roi – pour une période de 22 mois. Et, si possible, pas un de plus sur demande du Syndicat des transports d’Île-de-France et de la Société du Grand Paris.

70 tronçons en chantier

Le T9 devrait relier Orly à la porte de Choisy d’ici 2020. Sur le chantier vitriot, il s’agit des conduites du Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif), établissement public qui regroupe 150 communes réparties sur 7 départements. Coût de l’opération à la charge du Sedif : 35 millions d’euros. « C’est notre plus gros chantier en matière de dévoiement avec 70 tronçons à réaliser », souligne Christophe Perrod, directeur général des services techniques au Sedif.

Et comme toutes les opérations d’envergure, celle-ci apporte son lot de surprises : linéaire de tuyaux supplémentaire à dévier et difficultés de coordination avec les travaux de la ZAC Rouget-de-Lisle font partie des obstacles qui pourraient mettre en péril la course contre la montre. « Nous travaillons parfois sur 18 tronçons en simultanée, ce qui représente 120 personnes mobilisées », précise Éric Jansson, ingénieur canalisations au Sedif. Le Grand Paris Express, c’est aussi une histoire d’eau !

Crédit photo : DR.

COMMENTAIRES