Grand débat : la FNAIM émet trois propositions

Grand débat : la FNAIM émet trois propositions

Le logement, grand absent du Grand débat national ? C’est ce que dénonce la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) du Grand Paris qui « s’étonne

La démocratie participative négligée
Contrats financiers État/Collectivités : France urbaine vigilante sur les modalités de la contractualisation
La MGP s’engage pour des centres-villes revitalisés

Le logement, grand absent du Grand débat national ? C’est ce que dénonce la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) du Grand Paris qui « s’étonne de l’absence » de cette thématique. Le 13 mai 2019, l’union de syndicats organisait une réunion publique afin de présenter ses propositions.

La première concerne la simplification du « Permis de louer » créé il y a deux ans dans le cadre de la loi ALUR pour lutter contre l’habitat indigne. Ce dispositif impose à certains bailleurs privés de faire une déclaration préalable de mise en location de leur bien auprès de la mairie. La FNAIM du Grand Paris propose ainsi que « les agents immobiliers deviennent les garants de la salubrité et de la sécurité des logements » pour réduire le temps des procédures et alléger les dépenses publiques. L’organisme souhaite également que toutes les catégories de bailleurs soient concernées : les particuliers, les sociétés immobilières, les bailleurs sociaux et les plateformes numériques de mise en relation entre bailleurs et locataires. Deuxième proposition : faciliter l’accès au logement pour les ménages précaires à travers la garantie Visale d’Action Logement. La FNAIM propose que ce dispositif, qui garantie le versement d’un loyer au bailleur en cas d’impayé, soit élargi à d’autres publics, notamment aux indépendants et aux seniors. Enfin, la Fnaim aimerait que soit lancée une expérimentation pour lutter contre le sans-abrisme sur le territoire francilien, à l’image d’« Housing first », mis en place dans l’Etat américain de l’Utah. Selon la Fédération, proposer un logement gratuit aux sans-abris permettrait d’alléger les dépenses des collectivités (santé, sécurité, hygiène, accueil, nuisances) mais aussi de réduire la précarité et l’insécurité.

© Pascal Weiland