En Europe, il fait bon pédaler

En Europe, il fait bon pédaler

La start-up berlinoise Coya, spécialiste en assurance vélo, a publié son « Global bicycle cities index 2019 » qui fait connaître les 90 villes les plu

Les « Prix du Grand Paris » : 11 projets récompensés
Bornes connectées pour supporters égarés
Où investir dans le Grand Paris ?

La start-up berlinoise Coya, spécialiste en assurance vélo, a publié son « Global bicycle cities index 2019 » qui fait connaître les 90 villes les plus propices à la pratique du vélo.
Le classement se fait sur plusieurs critères : la météo, le pourcentage d’utilisation du vélo, le taux d’accidents et de décès, l’investissement en infrastructures (pistes cyclables, etc.), le partage (nombre de stations de partage et de location de vélos et nombre de vélos partagés) et les évènements urbains favorables au cyclisme ( la journée sans voiture, etc.). L’objectif de Coya n’est pas de refléter les meilleures et les pires villes pour le cyclisme mais de pouvoir comparer les domaines dans lesquels elles sont performantes et ceux dans lesquels elles doivent s’améliorer pour rendre plus favorable la pratique de ce moyen de transport. « Ce qui est clair, c’est qu’aucune ville n’est parfaite en termes de conditions pour les cyclistes, et nous pouvons tous apprendre les uns des autres », a déclaré Andrew Shaw, fondateur de Coya.

Paris, 32e du classement 

Les villes européennes arrivent en tête du classement. Ultrecht (Pays-Bas) est en première place et serait donc la ville la plus adaptée à la pratique du vélo, suivie d’Anvers (Belgique) et Münster (Allemagne). « Le fait que les trois premières villes soient situées en Europe reflète l’idée que le vélo est un mode de vie dans ces pays, ce qui a clairement eu un impact sur le montant d’argent qu’ils y ont investi », soulèvent les auteurs de l’étude.
Les villes françaises qui ont obtenu les meilleurs scores sont Strasbourg et Bordeaux, elles se classent respectivement en 12e et 13e position. Paris arrive seulement 32e. Néanmoins la capitale présente la troisième meilleure note pour le vélo en libre-service derrière Anvers (Belgique) et Berne (Suisse). 

Villes à risque 

A contrario, il peut s’avérer dangereux de se balader en deux roues dans certaines villes du à un manque d’aménagement. A Boston (Etats-Unis), on ne dénombre pas moins de 3 400 accidents par an.
D’après l’étude, la situation serait pire à Johannesburg (Afrique du Sud), Casablanca (Maroc) et Medellín (Colombie) où on compterait le plus grand nombre de morts dans des accidents ou lors d’un vol de vélo. D’après Andrew Shaw, ces données pourront aider ceux qui se trouvent dans ces villes à faire preuve d’une vigilance accrue. 

 

© DR