Echanger-Habiter : le dispositif d’échange des logements sociaux franciliens prend de l’ampleur

Echanger-Habiter : le dispositif d’échange des logements sociaux franciliens prend de l’ampleur

Pour répondre à l’attente de mobilité des locataires du parc social en Ile-de-France, 24 bailleurs sociaux se sont associés et ont lancé, fin 2018 la

La Métropole du Grand Paris et ses partenaires s’engagent pour mettre en place une zone à basse émission
Nouveau format, nouveaux contenus : le webzine 96 minutes se refait une peau neuve
La restauration du château de Nanterre est lancée !

Pour répondre à l’attente de mobilité des locataires du parc social en Ile-de-France, 24 bailleurs sociaux se sont associés et ont lancé, fin 2018 la plate-forme d’échanges en ligne intitulée Echanger Habiter. Désormais gérée par un groupement d’intérêt économique, la plate-forme s’élargit. A terme, il s’agit d’unir la totalité des bailleurs franciliens pour faciliter les échanges entre plus d’un million de locataires.

Pierre et Marie habitent dans un deux-pièces en HLM à Montreuil. Ils attendent leur deuxième enfant et aimeraient bien disposer d’une chambre supplémentaire. Jacques et Angèle, parents, eux, de trois grands enfants, sont désormais seuls dans leur logement parisien. Ils troqueraient volontiers leur vaste appartement contre un deux-pièces tout en allégeant leur facture… Bingo ! La bourse d’échange Echanger Habiter, un dispositif lancé il y a neuf mois par des bailleurs sociaux franciliens sous l’impulsion de Yann Brossat, maire-adjoint au Logement à la mairie de Paris, permet à nos deux familles de se rencontrer, et de faire affaire.

Un outil simple, rapide, voire ludique

La méthode est simple : sur une plate-forme internet désormais gérée et développée par un Groupement d’intérêt économique (GIE) créé par l’Aorif, l’association des bailleurs franciliens, chaque locataire qui le souhaite peut présenter son logement et rechercher par la même occasion le lieu et l’appartement qui pourraient lui convenir. Une démarche gratuite, qui se veut « ludique », et qui est conçue pour permettre un échange rapide. En principe, d’après le GIE Echanger Habiter, une quinzaine de jours devraient suffire une fois que les locataires se sont mis d’accord.

Pour l’instant, 24 bailleurs sociaux disposant d’un patrimoine en région parisienne -soit 750 000 logements- sont parties prenantes du dispositif. Près de 8000 locataires se sont déjà inscrits, 6000 contacts ont été réalisés pour 240 dossiers en cours d’instruction. « Une montée en puissance satisfaisante, même si l’on sait bien qu’il faut déployer beaucoup de communication pour faire connaître le dispositif et accroître réellement les échanges », souligne Claude Knapik, président du GIE.

Objectif des mois à venir : intégrer le plus grand nombre possible de bailleurs sociaux franciliens -ils sont environ 130 au total- au sein du GIE pour accroître d’autant le nombre de locataires concernés. D’ici un an, « on voudrait que 900 000 logements soient accessibles sur le site… », poursuit Pascal Vacher, directeur du GIE.

L’objectif est crucial dans une région extrêmement tendue en matière de logement social : il s’agit de permettre une plus grande fluidité de l’attribution des logements, et de favoriser des mutations jusqu’à présent complexes et trop peu nombreuses tout en améliorant la satisfaction et le confort des locataires.

Rappelons qu’en Ile-de-France, le tiers des 750 000 demandes de logement social recensées actuellement correspondent à des demandes de changements de logements émises par des locataires déjà présents dans le parc social !

A noter également l’effort de partenariat et de coopération mis en œuvre par des bailleurs auxquels on a parfois reproché de faire volontiers « cavaliers seuls »…