Déchets ménagers : le Syctom se veut plus écolo

Déchets ménagers : le Syctom se veut plus écolo©MGP.

La Métropole du Grand Paris et le Syctom, agence de traitement des déchets ménagers, ont signé un partenariat pour accélérer la transition écologique

La Métropole du Grand Paris : 1 ère métropole française à répondre à la directive européenne sur le bruit !
Logements, transports, simplification : comment la Région veut relancer l’économie
100 millions d’euros pour les petites entreprises

La Métropole du Grand Paris et le Syctom, agence de traitement des déchets ménagers, ont signé un partenariat pour accélérer la transition écologique au sein des activités du Syndicat. Parmi les axes majeurs de la convention, le recours à l’économie circulaire  et le développement du transport fluvial.

2,3 millions de tonnes. C’est la masse de déchets que traite, chaque année, le Syctom. Cette agence métropolitaine des déchets ménagers intervient sur un territoire de 82 communes, soit 6 millions d’habitants vivant à Paris et sur une partie des départements de petite couronne.

Le Syndicat, qui évoque un « défi de l’acceptation du traitement (…) dans un milieu urbain dense », est à la recherche de solutions afin de diminuer son empreinte carbone, réduire la production de déchets ménagers, mais aussi systématiser le recyclage et le réemploi.

Pour l’aider à atteindre ces objectifs, la structure a signé une convention de partenariat avec la Métropole du Grand Paris (MGP), le 21 avril dernier. La MGP devrait ainsi participer financièrement aux travaux de modernisation de certains équipements, afin notamment de les rendre plus performants du point de vue environnemental.

A noter que sur la période 2022-2029, les investissements prévus par le Syctom s’élèvent à 900 millions d’euros.

Compostage et méthanisation

Outre l’enveloppe financière dont le montant n’a pas été révélé, la MGP fera participer le Syctom à des expérimentations sur la logistique fluviale. Objectif : diminuer la part du transport routier, secteur très polluant. A travers son Pacte pour une logistique métropolitaine, adopté en 2018, la MGP lance diverses initiatives. Parmi les dernières en date, l’Appel à manifestation d’intérêt « Logistique urbaine fluviale de l’Axe Seine », qui entend « favoriser des solutions innovantes de livraison décarbonnée du dernier kilomètre ».

Enfin, parmi les actions à venir des deux acteurs, on retrouve le développement du compostage et de la méthanisation. Ici aussi, la MGP compte s’appuyer sur son Plan alimentation durable métropolitain. Bien qu’en cours de création, ce document prévoit d’ores et déjà certaines orientations majeures, notamment la lutte contre le gaspillage alimentaire et le recyclage des déchets.

Si Eric Cesari, président du Syctom, espère à travers ce partenariat devenir « un syndicat de référence au sein de l’aire métropolitaine », de son côté, Patrick Ollier, président de la MGP, souhaite que cette signature « ouvre la voie à d’autres partenariats ambitieux avec les Services publics urbains du Grand Paris. »

A lire sur le même sujet

Sur l’Axe Seine, on accélère le déploiement de carburants « verts »

La Métropole se met d’accord sur un schéma d’aménagement (SCoT)

Zone à faibles émissions : délais prolongés pour les véhicules CritAir 3

Romainville : deuxième chance pour le centre de traitement des déchets

Atlas des grandes fonctions métropolitaines : vers le « zéro déchet »