Damien Vanoverschelde, nouveau président de l’AORIF

Damien Vanoverschelde, nouveau président de l’AORIF

Damien Vanoverschelde a récemment été élu président de l’AORIF – l’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France, et ce pour les trois prochaines année

Face à la loi ELAN, l’Union Sociale pour l’Habitat reste sceptique
Ne pas oublier les « postes avancés » de la ville !
Le mouvement HLM veut se faire entendre des candidats et du grand public

Damien Vanoverschelde a récemment été élu président de l’AORIF – l’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France, et ce pour les trois prochaines années. L’association ne lui est pas inconnue. Depuis 2012, il y siège en tant que délégué départemental des Hauts-de-Seine et membre du Bureau. Il succède ainsi à Jean-Luc Vidon, directeur général d’ICF Habitat La Sablière.

Également directeur général de l’Office public Hauts-de-Seine Habitat depuis dix ans, Damien Vanoverschelde a pris la tête de l’AORIF dans un contexte de « baisse de la production » de logements sociaux. D’après l’AORIF, « en 2020, seuls 20 119 logements sociaux » ont été autorisés (hors projets lancés en partenariat avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine). Cette chute de 30 % par rapport à 2019 représenterait « le niveau le plus bas depuis 14 ans ».

En cause bien sûr, le ralentissement des constructions dû à la crise sanitaire, mais aussi l’habituelle suspension des chantiers à l’approche des élections municipales. En outre, si de nombreux maires sont frileux à l’idée de densifier leur territoire, d’autres refusent de se plier à la règle des 20 à 25 % de logements sociaux dans leur commune, comme prescrit par la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU). Recours toujours plus nombreux des riverains, difficultés pour financer des équipements publics, prix du foncier élevé, etc. : les raisons du manque de logements sociaux sont multiples – alors que le Schéma régional de l’habitat et de l’hébergement (SRHH) prévoit l’agrément de 37 000 logements sociaux par an – et se répercutent sur les organismes Hlm.

« Protocole en faveur de la relance »

Comment rattraper ce retard, lorsque l’on sait que « 745 000 demandes » de logement social étaient en attente en 2020, pour « seulement 60 930 attributions », d’après l’AORIF ? En mars 2021, le ministère du Logement, des acteurs de l’habitat social (l’Union sociale pour l’habitat, la Fédération des sociétés coopératives Hlm, etc.), mais aussi des financeurs (Banque des Territoires, Action Logement Groupe, etc.), ont signé un « protocole en faveur de la relance ». Objectif : produire 250 000 logements sociaux en 2021 et 2022 à l’échelle nationale, soit un investissement de 38 millions d’euros.

Mais le pari semble loin d’être gagné. Car d’après l’AORIF, l’année 2021 risque d’être aussi décevante, avec « 24 000 agréments » de logements sociaux en Ile-de-France. A travers l’AORIF, Damien Vanoverschelde entend « pouvoir contribuer à la discussion, être force de proposition et influencer les évolutions législatives et réglementaires et leur mise en œuvre, pour mieux prendre en compte les réalités du logement social dans notre région ». Affaire à suivre…

 

L’AORIF – L’Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France est l’association professionnelle regroupant les organismes Hlm œuvrant en Ile-de-France et adhérant à l’une des fédérations de l’Union sociale pour l’habitat (OPH, ESH, Coopératives d’Hlm et SACICAP), ainsi que des EPL en tant que membres associés. 112 organismes de logement social adhèrent à l’AORIF ; ils gèrent 1,3 million de logements locatifs sociaux, soit 25 % des résidences principales d’Ile-de-France, et logent près de 3 millions de personnes.

Crédit photo : Hauts-de-Seine Habitat.