Comment relancer le secteur du BTP et du logement ?

Comment relancer le secteur du BTP et du logement ?

Depuis plusieurs semaines, pelles et pioches ont repris le chemin des chantiers après des semaines d’arrêt dues à la crise sanitaire. Mais, d’après le

Le Logement, un enjeu au sein du Grand Paris
La Seine-Saint-Denis, la Banque des Territoires et CDC Biodiversité agissent en faveur de la biodiversité
La Caisse des Dépôts lance la Banque des Territoires : un guichet unique pour « conseiller, financer, opérer »

Depuis plusieurs semaines, pelles et pioches ont repris le chemin des chantiers après des semaines d’arrêt dues à la crise sanitaire. Mais, d’après les acteurs de la construction, l’activité ne décolle pas. Ces derniers demandent davantage de garanties au gouvernement qui travaille sur des pistes pour relancer le secteur.

Avec Steven Spielberg, il fallait sauver le soldat Ryan. Avec Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), « il faut sauver les 100 à 200 000 salariés en danger aujourd’hui. Le bâtiment a repris à 93 %, mais le rendement de main-d’œuvre est au taux de 70 %, donc on travaille à perte. On court à la catastrophe en fin d’année », confiait-il au micro d’un site d’information spécialisé dans la construction, début juillet 2020.

Comment relancer la construction ? Vaste sujet sur lequel a planché Julien Denormandie, à l’époque ministre chargé de la Ville et du Logement, et sur lequel planchera son successeur, Emmanuelle Wargon, fraîchement nommée ministre du Logement, et Nadia Hai, ministre de la Ville, après remaniement ministériel. Car le BTP, c’est 2 millions d’emplois et 11 % du PIB au niveau national. Un poids dans l’économie autant que dans la vie quotidienne des Français. « Après la crise sanitaire, une crise aigüe du logement s’annonce », avance Dominique Estrosi Sassone lors d’une séance au Sénat. La sénatrice des Alpes-Maritimes affirme que, fin 2020, la France comptera 100 000 logements de moins qu’en 2019, soit une baisse de 25 % de la production annuelle.

1 milliard d’euros de titres participatifs

Parmi les défis à relever, il s’agit de construire plus et plus abordable, notamment en s’appuyant sur les bailleurs sociaux. Problème, il y a quelque temps, le gouvernement lui-même diminuait leurs ressources, en particulier avec la Réduction de loyer de solidarité. D’après Dominique Estrosi Sassone, c’est 1,3 milliard d’euros chaque année de manque à gagner. Pour Julien Denormandie, la solution se trouverait par exemple dans les titres participatifs, des sortes d’actions émises par les offices Hlm leur permettant de percevoir des financements. D’après l’ancien ministre de la Ville et du Logement, ces titres, dont certains ont été acquis par la Banque des Territoires, devraient avoisiner le milliard d’euros d’ici la fin de l’année.

L’ancien ministre appelait, en outre, à « mettre en œuvre les projets d’ores et déjà engagés et à ne rien décaler ». Lui-même engageait son ministère à favoriser la commande publique pour « éviter les trous d’air à l’automne ». Une saison très attendue par toutes les entreprises : le nouveau gouvernement devrait présenter son plan de relance économique à la rentrée.