Citallios joue l’union

Citallios joue l’union

Sem92, Yvelines Aménagement, Semercli et Sarry78 donnent naissance, en s'unissant, à une nouvelle société d'économie mixte, baptisée Citallios. Sa mis

Quand le numérique remet l’aménagement en question
Logement : France urbaine reçue par le premier ministre
Inventons la métropole du Grand Paris : les lauréats 2017 de l’appel à projets

Sem92, Yvelines Aménagement, Semercli et Sarry78 donnent naissance, en s’unissant, à une nouvelle société d’économie mixte, baptisée Citallios. Sa mission, selon ses responsables : proposer aux élus un aménageur puissant et plus efficace que l’Etat, grâce aux “valeurs de l’économie mixte”.

Patrick Devedjian, président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine et Pierre Bédier, président du conseil départemental des Yvelines, poursuivent méthodiquement leur projet de fusion de leurs départements en s’efforçant de donner peu à peu un contenu concret à cette annonce qui date déjà de plusieurs mois.

En début septembre 2016, ce sont quatre Sociétés d’économie mixte d’aménagement –Sem 92, Yvelines Aménagement, Semercli, Sarry78-, jusque là indépendantes bien que voisines, qui ont associé leurs forces. Objectif de la nouvelle structure, affirme Pierre Bédier : se mettre à l’écoute des élus dont elle est l’émanation, “des élus plus efficaces que l’Etat car plus proches de leurs concitoyens”, tout en tirant profit de l’ancrage local forgé au fil des années.

Chacune des sociétés d’origine a déjà une histoire et un portefeuille de compétences complémentaires. La nouvelle entité, qui s’installera à Nanterre et comptera dans un premier temps 94 salariés, « disposera donc d’une palette d’intervention très large, unique en France », affirme Hervé Gay, directeur général de Citallios.

Comme dans toutes les Sem qui se consacrent à la construction de la ville, études préalables et conseils, aménagement urbain, quartiers anciens, construction et immobilier constitueront le cœur du métier de Citallios. L’habitat dégradé, qui impose de savoir travailler avec les propriétaires privés, “sera un point fort” de la structure, selon ses responsables, aussi bien que l’accompagnement des acteurs de l’immobilier et de la construction.

Parmi les priorités de Citallios, il faut aussi citer la revitalisation, notamment commerciale, des centre-ville, une préoccupation désormais largement partagée par des maires qui mesurent les effets négatifs du poids croissant des centres commerciaux et des grandes surfaces.

En ligne de fond, derrière toute intervention, une volonté martelée par Pierre Bédier : “Passer par l’aménagement, notre métier, pour devenir des moteurs de la croissance. Notre axe, c’est l’économie et le développement”.

Les dirigeants de la nouvelle “fédération de talents au service des élus bâtisseurs”, selon la formulation retenue par les intéressés, insistent encore sur les compétences transversales proposées par Citallios : des experts fonciers, juridiques et financiers seront associés à tous les projets.

Le plan d’action, héritier des projets des quatre sociétés préexistantes, est d’ores et déjà bien étoffé : le nouveau programme de renouvellement urbain (Anru 2) offre des perspectives nombreuses de même que le nécessaire renouveau de nombreux centre-villes… “C’est à effectifs croissants plutôt que constants que tout cela pourra être mené à bien”, reconnaît Hervé Gay.

Citallios, qui s’affirme très peu endettée et d’autant plus capable de lever des fonds qu’elle a l’appui des deux départements, regarde décidément l’avenir sans inquiétudes excessives…

COMMENTAIRES