Champigny-sur-Marne : nouvelles dynamiques en centre-ville

Champigny-sur-Marne : nouvelles dynamiques en centre-ville

C’est bien connu, l’arrivée d’une gare concourt à changer la physionomie d’un quartier. Le centre-ville de Champigny-sur-Marne n’échappe pas à

Gares à Champigny-sur-Marne : des architectures qui racontent l’histoire d’un territoire
Champigny-sur-Marne mise plus que jamais sur ses zones d’activités
Champigny-sur-Marne : les nouvelles gares seront bientôt visibles

C’est bien connu, l’arrivée d’une gare concourt à changer la physionomie d’un quartier. Le centre-ville de Champigny-sur-Marne n’échappe pas à la règle. La Ville avait déjà anticipé, avec la mise en place, en 2019, du Contrat de revitalisation artisanale et commerciale. Aujourd’hui, de nouvelles opportunités économiques apparaissent autour de la gare de Champigny Centre.

Avec 170 cellules commerciales, Champigny-sur-Marne a les cartes en main pour générer de l’attractivité au sein de son centre-ville. Mais le nombre ne fait pas la qualité. Le manque de diversité des enseignes empêche le quartier d’accéder au dynamisme qu’il mérite. La municipalité dispose pourtant de leviers pour inverser la tendance.

Le premier, c’est le Crac, le Contrat de revitalisation artisanale et commerciale, mis en place en 2019. Ce dispositif, conduit par la commune et la Société publique locale Marne-au-Bois, permet d’acheter des locaux commerciaux et de choisir les activités à implanter. « Le dispositif porte ses premiers résultats. Fin 2020, s’est installée une épicerie fine proposant des produits bio en circuit court. Un caviste a également ouvert début mai 2021. La Ville a enfin acquis un ancien restaurant avec débouché sur la Marne sur lequel nous travaillons », explique David Leclerc, chef du service développement économique au sein de la mairie de Champigny-sur-Marne.

Plus de place pour l’ESS

Autre facteur d’espoir : la gare Champigny Centre du Grand Paris Express, située dans le prolongement du centre historique, et son flux d’usagers et de clients potentiels, attendus en 2025. Bien que le foncier disponible soit rare autour de cette gare, la Ville regarde avec attention les terrains actuellement occupés par le chantier et par des ateliers techniques municipaux voués à déménager. « Lorsque ces espaces auront été libérés, nous pourrons envisager la construction d’un immeuble tertiaire ou de logements avec des rez-de-chaussée dédiés aux services », indique Véronique Moly, directrice du développement urbain à la mairie de Champigny-sur-Marne.

Les activités liées à l’Économie sociale et solidaire (ESS) pourraient aussi avoir pignon sur rue. « Dans la commune, 47 % des habitants sont non imposables. L’ESS peut être un vecteur d’inclusion, d’autant que l’on compte, chaque année, 1 000 créations d’auto-entreprises sur la ville avec une forte proportion dans ce domaine », estime David Leclerc, qui entrevoit le développement d’ateliers de réparation de vélos ou de services à destination des seniors. Tous pourraient être source d’entreprenariat pour les uns et d’emplois pour les autres.

Des activités que l’on pourrait, en outre, retrouver un peu plus au nord, dans le quartier du Plant. Ici, la commune envisage de développer logements et activités économiques sur une friche qui accueillait autrefois la gare du Plant.

Recherche solutions contre les bouchons en centre-ville

Un centre-ville où il fait bon vivre, c’est aussi un centre-ville sans embouteillage. Cela n’aura pas échappé aux habitués : la circulation automobile dans le centre-ville de Champigny-sur-Marne est loin d’être fluide. En cause, deux routes départementales qui se croisent. La RD130 conduit, au nord, vers les autoroutes A4 et A86 et, au sud, vers l’unique pont pour rejoindre Saint-Maur. La RD4, vers l’est, mène quant à elle au bois de Vincennes. Mais cet engorgement pourrait, d’ici quelque temps, n’être plus qu’un mauvais souvenir.

Pour limiter le nombre de voitures sur les voies, la Ville met évidemment tous ses espoirs dans le réseau du Grand Paris Express et la restructuration du réseau de bus qui l’accompagnera. D’ailleurs, les places de stationnement seront limitées autour de la gare de Champigny Centre pour éviter une trop forte concentration de véhicules.

À plus court terme, la municipalité compte développer un réseau de circulation douce. Objectif : faire en sorte que les automobilistes troquent leur voiture pour les modes « doux ». Et pour les encourager, les espaces publics feront peau neuve. Réaménagement des espaces publics pour les « pacifier » et installation d’espaces végétalisés devraient tout à la fois donner plus de place aux piétons, leur offrir un cadre plus agréable et ralentir la vitesse des véhicules. Si ces changements risquent en effet de décourager plus d’un conducteur, ils ne seront pas dissuasifs pour tous. « Il est vain d’imaginer supprimer les flux de transit », déclare Véronique Moly.

Retrouvez l’intégralité de l’article, ainsi que l’ensemble du dossier Territoire consacré à Champigny-sur-Marne, dans le 33ème numéro d’Objectif Grand Paris.

Crédit photo : Didier Rullier.