Champigny-sur-Marne : les nouvelles gares seront bientôt visibles

Champigny-sur-Marne : les nouvelles gares seront bientôt visibles

Champigny-sur-Marne profitera de deux gares de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express en 2025 : Champigny Centre et Bry-Villiers-Champigny. Avec les

Le casse-tête de l’évacuation de terre
Champigny-sur-Marne : nouvelles dynamiques en centre-ville
Gares à Champigny-sur-Marne : des architectures qui racontent l’histoire d’un territoire

Champigny-sur-Marne profitera de deux gares de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express en 2025 : Champigny Centre et Bry-Villiers-Champigny. Avec les travaux de génie civil qui s’achèvent à ce jour en souterrain, un nouveau chapitre s’ouvre : la construction des gares en surface. De grands projets certes prometteurs mais qui amènent aussi leur lot de désagréments pour les riverains.

Tout vient à point à qui sait attendre. À Champigny-sur-Marne, pas sûr que cette maxime rassure les habitants et, plus précisément, les riverains des gares du Grand Paris Express.

Voilà maintenant deux ans que les Campinois auraient dû avoir leurs gares, Champigny Centre et Bry-Villiers-Champigny, et leurs lignes 15 Sud et Est. À l’époque, en 2013, la Société du Grand Paris (SGP), aménageur du nouveau métro, annonçait une mise en service « d’ici fin 2020 ». Mais c’était sans compter les reports successifs dans le calendrier. Aujourd’hui, à quatre ans de la mise en service de la ligne 15 Sud, les Campinois grincent (toujours) des dents.

Bruits, poussière, saleté, déviations, commerces inaccessi- bles, etc. Les nerfs sont parfois mis à rude épreuve. Mais tout cela ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir. Les travaux de génie civil touchent à leur fin. « Depuis deux ans, il s’est construit beaucoup de choses sous terre. L’ensemble des tunnels qui desservira Champigny-sur-Marne est quasiment achevé. Pour le public, c’est un peu ingrat car ce sont des choses qui ne se voient pas », indique Jacques-Jo Brac, directeur du projet Grand Paris Express à la mairie de Champigny-sur-Marne. Prochaines étapes dans le calendrier, une fois les tunneliers sortis de terre d’ici fin 2021 : la pose des systèmes électriques, des rails ou encore la réalisation des aménagements intérieurs des gares.

Agriculture urbaine

Ensuite, les ouvrages seront enfin visibles en surface. À commencer par le Centre d’exploitation et de maintenance Champigny (CEM) dont la silhouette se dessine depuis quelque temps. Il fera office de site de maintenance, de remisage des trains et de poste de commandement centralisé de la ligne 15 Sud. « Les rames, qui sont en train d’être construites par l’entreprise Alstom, y seront stockées à la fin de la construction des ateliers », poursuit Jacques-Jo Brac. Le CEM sera notamment reconnaissable grâce à sa surface végétalisée de 2 hectares qui accueillera 7 500 mètres carrés en maraîchage. Durant l’année 2023, ce sera au tour des gares de Champigny Centre et de Bry-Villiers-Champigny de dévoiler leurs contours.

Les ouvrages de services ne sont pas en reste. Prévus le long du tracé de la ligne 15 Sud, tous les 800 mètres, ils permettront aux secours d’accéder aux tunnels mais aussi d’assurer la ventilation et le désenfumage. Ici, la Ville souhaite à tout prix éviter les murs aveugles. Pour mieux insérer ces ouvrages dans le paysage, elle envisage de les recouvrir de fresques artistiques. Certains habillages sont en cours de validation et devraient prochainement être montrés au public.

Les perspectives amenées par le Grand Paris Express sont de bon augure pour la municipalité campinoise (hausse de l’attractivité, temps de trajet raccourcis, emplois en inser- tion, etc.). Encore quelques années de chantiers à tenir mais aussi de réunions à gérer. Une nouvelle enquête publique portant que la ligne 15 Est, prévue pour 2030, a été lancée en mai dernier. Elle portait sur « les différentes évolutions du projet Grand Paris Express et de la ligne 15 Est » (coûts, rentabilité, nouvelles implantations d’ouvrages, élargissement d’emprises de chantiers, etc.). « Les résultats de la consultation ne seront connus que dans un an au mieux. On saura alors quels dispositions et calendriers seront adoptés pour chaque chantier », conclut Jacques-Jo Brac.

Des temps de trajet clairement raccourcis

Si, aujourd’hui, les lignes 15 sont source d’inquiétude, elles devraient devenir une source de satisfaction dès leur mise en service pour l’ensemble des Campinois. Déjà pour les salariés travaillant dans les pôles tertiaires de l’est et du nord de l’Île-de-France. Grâce à la ligne 15 Est, dont la correspondance est assurée à la gare de Champigny Centre, ils mettront 9 minutes pour arriver au Val de Fontenay, au lieu de 24 actuellement. Le nouveau métro leur permettra également de se rendre en 23 minutes à La Plaine Stade de France, contre 46 minutes aujourd’hui. Enfin d’atteindre en 39 minutes à La Défense, contre 50 minutes sans le Grand Paris Express. L’accessibilité vers les pôles hospitaliers du territoire se verra aussi renforcée. Les Campinois seront à 6 minutes de Créteil-L’Échat, contre 51 minutes avec le réseau de transport existant. Pour arriver jusqu’à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, la ligne 15 Sud mettra 18 minutes, contre 1 heure et 11 minutes sans le nouveau métro.

Retrouvez l’intégralité de l’article, ainsi que l’ensemble du dossier Territoire consacré à Champigny-sur-Marne, dans le 33ème numéro d’Objectif Grand Paris.

Photo : pose et réglages des appareils de voie dans le tunnel entre le Puits Champigny et le SMR. Crédit : Société du Grand Paris / Claire-Lise Havet.