Les centres commerciaux souhaitent « un quinquennat du pragmatisme »

Les centres commerciaux souhaitent « un quinquennat du pragmatisme »

Par Dorian Lamarre, directeur des affaires publiques du Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC). Le commerce qui apporte sa vitalit

FNAUT : les transports franciliens, un enjeu pour les présidentielles
« 2017 doit permettre le renforcement de la MGP »
« Le goût de Paris, c’est la glace rhum raisin… »

Par Dorian Lamarre, directeur des affaires publiques du Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC).

Le commerce qui apporte sa vitalité au territoire et s’engage contre le dérèglement climatique doit être soutenu par une fiscalité adéquate.

S’il ne fallait retenir que deux éléments majeurs des cinq années passées, sans grande surprise, deux mots viennent à l’esprit : crise et contraintes.

Dans la crise inédite que nous avons vécue, on n’a pas suffisamment souligné la capacité de résilience, d’adaptabilité et de réactivité des centres commerciaux. Notamment lorsqu’ils ont pu illustrer leur vocation sociétale en créant des dizaines de plateformes de vaccination pour accompagner et accélérer la politique publique de vaccination ; plus de 2 millions de nos concitoyens en ont bénéficié.

Les contraintes législatives et réglementaires se sont multipliées durant cette mandature au prétexte soit de revitaliser les centres-villes, soit de lutter contre l’artificialisation des sols. Si l’on ne peut que soutenir ces causes et y contribuer, les mesures coercitives prises par les pouvoirs publics ne sont pas une réponse adaptée aux enjeux de l’aménagement du territoire porté par des acteurs commerciaux qui investissent durablement.

Il est de circonstance, à l’orée des échéances électorales, de formuler des vœux et tracer un cap. Ce futur quinquennat doit être empreint de pragmatisme à la mesure de l’utilité territoriale, sociétale, économique et publique des centres commerciaux.

Il n’est plus besoin de démontrer leur impact en matière de structuration territoriale, économique et sociale, qu’elle se traduise en création de richesses (5% du PIB de la France), en emplois (plus de 600 000) ou en investissements (2 milliards en moyenne chaque année). Il faut donc soutenir ce commerce qui a une mission d’utilité publique. Premier objectif : la souplesse, la simplification et l’adaptabilité réglementaires. Des freins souvent rédhibitoires empêchent de développer des projets mixant commerces, logements, services publics ou bureaux. Dans cette perspective, il faut également mettre en place des outils fiscaux. Ainsi, pour lutter contre les entrées de ville dégradées et mettre fin à une certaine « France moche », le CNCC souhaite une prime à la reconversion qui permettrait d’éradiquer ces zones obsolètes et énergivores.

Défendre une écologie incitative

Le commerce s’engage dans la lutte contre le réchauffement climatique, réduit son empreinte carbone et investit dans le développement durable. Pour accélérer cette transition écologique, le CNCC défend une méthode incitative appuyée des mécanismes fiscaux efficaces (crédit d’impôt). L’investissement écologique des espaces commerciaux doit être encouragé. Une fiscalité adaptée pourrait également œuvrer à la réduction de livraisons souvent superflues : son produit pourrait abonder le fonds de requalification des friches déjà existant.

Enfin, le commerce ne peut se développer que dans un contexte de concurrence loyale. À un même métier, quelle que soit sa forme, doivent s’appliquer les mêmes règles.

Cette équité passe par la suppression de taxes uniquement assises sur le commerce physique comme la Tascom.

Cette équité passe également par un élargissement des ouvertures dominicales pour laisser au consommateur le choix de son mode de consommation.

Le pragmatisme avant tout. Pour que vive le commerce et ses commerçants, pour que chacun puisse y trouver ce qu’il recherche selon ses moyens et ses envies, pour que perdurent ces lieux de rencontres et d’échanges.

Le CNCC fédère les acteurs participant au développement des sites commerciaux : promoteurs, propriétaires, gestionnaires, enseignes, prestataires et groupements de commerçants intervenant au sein des espaces commerciaux, qu’il s’agisse de centres commerciaux, retail parks ou commerces en pied d’immeuble. Le CNCC représente plus de 800 sites commerciaux en France.

Retrouvez l’ensemble des tribunes dans le 35ème numéro d’Objectif Grand Paris.

A lire sur le même sujet :

Les centres commerciaux retrouvent leurs clients

FNAUT : les transports franciliens, un enjeu pour les présidentielles

A la veille du nouveau quinquennat, la ville en campagne

Les quartiers populaires, grands absents de la campagne présidentielle

Le mouvement HLM veut se faire entendre des candidats et du grand public