Bibliothèques : La Seine-et-Marne à la chasse aux « zones blanches »

Bibliothèques : La Seine-et-Marne à la chasse aux « zones blanches »

Au plus près du Grand Paris, la plongée dans la ruralité est parfois brutale. C’est le constat que fait la Seine-et-Marne : le département, dans sa pa

Saint-Germain-en-Laye : Prestige, forêt et grands projets
Tours et détours dans la verdure
Climat : comment les citoyens peuvent engager la transition écologique dans les territoires

Au plus près du Grand Paris, la plongée dans la ruralité est parfois brutale. C’est le constat que fait la Seine-et-Marne : le département, dans sa partie Sud-Est, la moins urbanisée, se révèle fort démuni en matière de bibliothèques et de médiathèques. D’où la volonté du département de réduire ces inégalités d’accès à la lecture et au savoir.

La Seine-et-Marne ne peut que constater les fortes disparités que connaît son territoire. Tandis que l’Ouest, très urbanisé, dispose de nombreux équipements culturels, le Centre est moins bien doté et le Sud-Est – soit à peu près la moitié du département ! – présente de véritables zones blanches. Les habitants de ces territoires n’ont quasiment aucune bibliothèque à proximité de leur domicile. D’où la volonté du Département d’élaborer un « Schéma de la lecture publique ». Son but ? « Inciter les intercommunalités et les communes à développer des équipements de lecture publique sur l’ensemble du territoire », explique Patrick Septiers, président du département de Seine-et-Marne. « Il faut que chaque Seine-et-Marnais ait accès à une bibliothèque à moins de 15 minutes de chez lui. ».

Pour ces nouveaux schémas départementaux, la Seine-et-Marne en est pour l’instant à la phase de la concertation : au premier semestre 2019 seront ainsi organisés des ateliers thématiques regroupant des élus, des acteurs locaux de la culture, les équipes de la Médiathèque départementale et des usagers des bibliothèques.
 À eux d’identifier les actions concrètes à mener. Des équipements nouveaux – des bibliothèques aux salles de spectacle, de musique ou de danse – pourraient ainsi à terme être construits tandis que, par ailleurs, les réseaux existants pourraient être renforcés par des antennes nouvelles ou des bus itinérants. Une enveloppe de 7 millions d’euros est pour l’instant envisagée pour le cofinancement de ces projets.

Sur la base de ces ateliers qui dureront environ un an, les services du Département rédigeront le schéma qui pourrait être adopté en séance publique début 2020. Un long cheminement pour faciliter la lecture, dont on sait bien qu’elle constitue une clé indispensable à l’accès à bien d’autres savoirs…

D’ores et déjà, 15 contrats intercommunaux de développement ont été signés ; ces accords entre intercommunalités et Département représentent un engagement financier départemental total de 52 M€ pour les années 2017 à 2021. La création et la rénovation de bibliothèques peuvent d’ores et déjà y figurer.

Par ailleurs, en 2018, le département de Seine-et-Marne a consacré une enveloppe de 12 M€ à la culture et au patrimoine, dont 800 000 euros pour des festivals et 400 000 euros pour la commémoration du centenaire de l’Armistice de 1918, en septembre dernier à Melun.

© DR