62 507 commerces et services commerciaux recensés à Paris : évolutions et tendances

62 507 commerces et services commerciaux recensés à Paris : évolutions et tendances

Une nouvelle enquête sous l’égide de la Ville de Paris, de la CCIP et de l’Apur

REI : le pari des immeubles en bois
2017 : une année positive pour le logement neuf mais des incertitudes pour l’avenir
Première biennale européenne du patrimoine urbain

Une nouvelle enquête de l’ensemble des commerces parisiens a eu lieu au cours des mois de mars et avril 2017 sous l’égide de la Ville de Paris, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris et de l’Apur.

Elle prolonge les recensements réalisés lors des six précédentes enquêtes de 2000, 2003, 2005, 2007, 2011 et 2014 en utilisant la même méthodologie afin d’être comparables entre elles.

L’enquête permet de disposer, pour l’ensemble des voies parisiennes, d’une photographie très précise des activités exercées au pied des immeubles parisiens dans les locaux possédant une vitrine sur rue. Afin de réaliser cet exercice, une équipe de 20 enquêteurs a sillonné l’ensemble des artères parisiennes.

Les informations relevées lors de cette enquête font état de la nature du local recensé (commerce, service commercial, atelier, bureau…), de l’activité exercée dans ce dernier selon une nomenclature en 221 postes, de l’enseigne du magasin lorsqu’elle existe, d’une estimation de surface de vente du local selon trois tranches : moins de 300 m², entre 300 et 1 000 m² et les locaux de plus de 1 000 m².

En 2017, Paris totalise 62507 commerces et services commerciaux. La période 2014-2017 correspond à une parfaite stabilité du nombre de ces commerces et services commerciaux (+25 établissements) qui fait suite à une légère progression de leur effectif entre 2011 et 2014 (+1 %, soit 617 commerces). Paris propose une offre commerciale diversifiée et d’une densité exceptionnelle tant en nombre de commerces par habitant (28 commerces pour 1 000 habitants) qu’en nombre de commerces par km de voies (4,3 commerces pour 100 m de voies).

Cette densité commerciale est sans pareille, ce qui ressort des comparaisons avec les départements de la petite couronne mais aussi avec les autres centres-villes des grandes villes françaises.

Les principales évolutions relevées lors de l’enquêté de 2017 reflètent les changements dans les modes de vie des Français et des Parisiens. Les secteurs où les hausses sont les plus fortes sont les services commerciaux liés aux soins du corps (+9 %, soit +171 boutiques) avec l’augmentation du nombre d’ongleries, salons de massage, instituts de beauté ; les supermarchés (+9 %, soit +25 établisse-ments) dont la progression s’accélère comparée à la période 2011-2014 ; les supérettes (+6 %, soit +28 magasins) qui poursuivent leur implantation à Paris ; l’alimentaire traditionnel spécialisé (+6 %, soit +300 établissements) dont la progression s’accélère fortement notamment pour les magasins de produits biologiques, les pâtissiers, les cavistes plébiscités par la population parisienne à fort pouvoir d’achat; les cafés et restaurants (+5 %, soit +652 établissements) avec les nouveaux concepts de restauration rapide « saine » qui attirent une clientèle toujours plus importante ; la vente, réparation, location de vélos et vélos électriques (+57 %, soit +46 magasins) dont l’essor accompagne les mesures prises par la Ville de Paris pour favoriser les circulations douces.

Les baisses les plus importantes s’observent pour les commerces de gros (-21 %, soit -416 établissements) dont la relocalisation en proche banlieue parisienne se poursuit; la librairie et la presse (-10 %, soit -152 établissements) en lien avec une diffusion en ligne plus importante qu’avant pour cette dernière; la photographie (-9 %, soit -19 boutiques) toujours impactée par le développement du numérique; la vente et réparation automobile (-11 %, soit -60 magasins) à mettre en parallèle avec le développement de la vente des vélos ; enfin le secteur de l’équipement de la personne (-5 %, soit -429 magasins) qui pour la première fois depuis 2003 enregistre une diminution de ses boutiques, de plus en plus concurrencé par les sites de vente en ligne tant pour le prêt-à-porter que pour les chaussures.


Télécharger l’étude complète


 

COMMENTAIRES