Nogent-Baltard enfin sur les rails

Nogent-Baltard enfin sur les rails

Le réaménagement du quartier de gare de Nogent-sur-Marne verra enfin le jour, après sept années de recours et de modifications du projet. Le 25 mar

Maison internationale de séjour : la jeunesse à l’honneur
“Le Grand Paris, 8 ans plus tard”…
Droit à l’eau : Eau de Paris lance un appel à projets

Le réaménagement du quartier de gare de Nogent-sur-Marne verra enfin le jour, après sept années de recours et de modifications du projet.

Le 25 mars 2016 a eu lieu la pose de la première pierre du vaste ensemble immobilier Nogent-Baltard situé autour de la gare de Nogent-sur-Marne (94). Il comprendra notamment trois immeubles de 142 logements, trois immeubles de bureaux, des commerces, des ateliers de la RATP et une crèche. Principal défi du chantier : construire juste au-dessus des rails du RER. « Le projet que nous réalisons actuellement est caractéristique de ce qu’il se fera autour des futures gares du Grand Paris Express », explique Philippe Plaza, directeur général d’Eiffage Immobilier.

La gare elle-même, qui date des années 1960, bénéficiera d’un plan de modernisation. « La gare est surdimensionnée. À l’époque, elle recevait 13 lignes de bus et comptait 700 places de parking alors qu’on s’est aperçu que 70 % des usagers s’y rendent à pied », fait remarquer Jacques Jean-Paul Martin, maire de Nogent-sur-Marne. Un parking public de 291 logements verra ainsi le jour. De plus, la nouvelle gare proposera « une nouvelle ouverture sur le parvis » et un « accès pour les personnes à mobilité réduite », selon Elisabeth Borne, présidente directrice générale de la RATP.

La ville mise sur la ligne 15 du Grand Paris Express, qui desservira la gare de Nogent-Le Perreux, et sur un éventuel prolongement de la ligne 1 du métro jusqu’à la commune voisine de Val-de-Fontenay pour attirer de nouveaux habitants et salariés. Le prix moyen des appartements s’élève à 7 000 euros du mètre carré. La livraison est prévue fin 2018.
Crédit photo : Jean-Paul Viguier & Associés.

COMMENTAIRES