Immochan maintient le projet d’EuropaCity

Immochan maintient le projet  d’EuropaCity

Depuis 2006, Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, a pour projet la création d'un centre commercial XXL à Gonesse : Europacity. Après quatre

Top départ pour le Kilomètre 1!
Où investir dans le Grand Paris ?
Droit à l’eau : Eau de Paris lance un appel à projets

Depuis 2006, Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, a pour projet la création d’un centre commercial XXL à Gonesse : Europacity. Après quatre mois de réunions avec les habitants dirigées par la Commission nationale du débat public, Christophe Dalstein, directeur d’EuropaCity, a confirmé la poursuite du projet.

Le 12 septembre 2016, la Commission nationale du débat public (CNDP) a présenté les résultats des consultations réalisées auprès des habitants autour d’Europacity, un complexe de loisirs de 80 hectares qui devrait voir le jour en 2024 entre le Bourget et Roissy. Pas moins de soixante-dix heures de débats ont été nécessaires pour permettre au maître d’ouvrage d’Immochan de rencontrer la population et répondre à ses détracteurs.

Lors de ces débats, Christophe Dalstein, directeur du projet et maître d’ouvrage, a été confronté à deux visions antagonistes. D’abord les partisans du projet, notamment les collectivités du Val-d’Oise, qui voient en Europacity les retombées positives en termes d’image et d’emplois. Puis, les opposants qui craignent un impact négatif pour l’environnement (l’urbanisation du Triangle de Gonesse sur lequel sont implantées des terres agricoles) ou encore une « cannibalisation » des commerces alentour avec l’implantation de ce mastodonte.

La poursuite du projet

Ces débats ont aussi permis de répondre à certaines réticences de la part du public qui redoutait par exemple une mauvaise accessibilité question transports : la création de la ligne 17 du Grand Paris Express ou encore l’installation des bus « à haut niveau de service » qui s’inscrivent dans le cadre de l’aménagement de la ZAC du Triangle de Gonesse devraient faciliter les déplacements.

Bien qu’il disposait d’un délai de trois mois pour décider de poursuivre ou non le projet, Christophe Dalstein a finalement livré sa réponse bien plus tôt suite à ce bilan. « Nous avons décidé de poursuivre la mise en œuvre du projet. Mais nous prenons bien sûr acte de la richesse des points de vue exprimés lors de ce débat, qu’ils soient positifs ou négatifs, favorables ou critiques. Nous travaillons d’arrache-pied pour faire évoluer ce projet, l’adapter à ce qui a été dit pendant quatre mois », déclare Christophe Dalstein. Une rapidité qui surprend Claude Brévan, directrice de la CNDP : « C’est la première fois que je vois ça, souligne-t-elle, mais cette décision a sans doute été prise par souci de transparence et pour rassurer les investisseurs sur le fait que le débat public ne débouche pas sur un abandon du projet. »

Néanmoins, si le maître d’ouvrage souhaite poursuivre son projet, il devra l’amender comme l’indique Claude Brévan dans son rapport remis le 12 septembre par la CNDP. Ainsi, une nouvelle version du projet sera présentée en décembre 2016.

Margaux SAILLY

Photo (de gauche à droite) : Christian Leyrit Président de la Commission nationale du débat public, Claude Brévan Présidente de la Commission particulière du débat public et Christian Dalstein Directeur du projet Europacity

COMMENTAIRES