Le Grand Paris s’offre aux investisseurs

Le Grand Paris s’offre aux investisseurs

Le Grand Paris occupe une place de choix dans les stands du Mipim, grand-messe mondiale de l’immobilier d’entreprise. Objectif : faire connaître aux i

« Je mènerai une politique ferme de respect de la loi SRU »
Le paysage, loin des campagnes… électorales
620 000 emplois franciliens dépendent d’un groupe étranger

Le Grand Paris occupe une place de choix dans les stands du Mipim, grand-messe mondiale de l’immobilier d’entreprise. Objectif : faire connaître aux investisseurs du monde entier les atouts du grand projet urbain francilien. Ils y trouveront, dans les années à venir, à la fois le « Paris éternel » et le dynamisme d’un périmètre vigoureusement redessiné par le Grand Paris Express en cours de construction.

 

Faiblesse des taux d’intérêt, stabilité des actifs immobiliers, attractivité des nouveaux transports et encouragements fiscaux divers : les acteurs du Grand Paris en sont persuadés, l’« alignement des astres » est favorable à l’investissement dans la métropole francilienne. Encore faut-il faire connaître le foisonnement de projets urbains du Grand Paris, en faire apprécier les atouts, faciliter la recherche d’information et l’implantation des entreprises…

C’est l’objectif de Choose Paris Region, un « guichet unique » mis en place en novembre dernier pour favoriser l’implantation des entreprises étrangères dans Paris et sa région. Son point fort : mutualiser les moyens de ses initiateurs, la région, la Ville de Paris, la Métropole, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Paris Île-de-France et Business France. Lieu d’information sur les avantages et atouts de la France, en termes d’environnement économique aussi bien que législatif ou fiscal, le guichet unique va jusqu’à accompagner l’entreprise qui le sollicite dans ses démarches d’implantation. En quelque sorte, un tapis rouge déployé sous les pieds des investisseurs pour leur éviter tout faux pas…

Même volonté de clarification avec la plate-forme mise en place par la CCI Paris Île-de-France : plus axée, elle, sur les marchés accessibles aux entreprises que sur l’implantation, elle se veut également très pratique. Il s’agit d’accroître la visibilité des projets d’investissement et des opportunités des chantiers liés au Grand Paris. « Avec cette plate-forme », explique Étienne Guyot, directeur général de la CCI Paris Île-de-France, « nous voulons créer un effet de concentration de l’information disponible, faciliter l’accès aux marchés pour les entreprises, qu’il s’agisse des grands groupes maîtres d’ouvrage ou des PME, et valoriser l’expertise que nous proposons pour les accompagner. » Plus personne ne devrait pouvoir dire qu’il « n’y comprend rien »…

Les JO font « briller » le Grand Paris

Mieux connu des Franciliens avec le commencement des chantiers, le Grand Paris est aussi davantage compris à l’international. « La visibilité est croissante. Les candidatures françaises aux grands évènements que sont les Jeux Olympiques de 2024 et l’Exposition universelle de 2025 mettent en valeur l’ensemble de la région », constate Thierry Lajoie, président de Grand Paris Aménagement, premier des aménageurs franciliens.

C’est vrai aussi des grands appels à manifestations d’intérêt que sont les concours Réinventer Paris, Inventons la Métropole ou Réinventer la Seine : du Grand Paris au Havre, des centaines d’hectares de terrain libre se proposent ainsi aux équipes internationales d’architectes qui trouvent là non seulement des perspectives de nouveaux marchés mais aussi une vitrine capable de valoriser leurs créations aux yeux du monde. Avec ces opérations très médiatisées, en quelque sorte « gagnant-gagnant » entre villes et architectes, chacun des partenaires valorise l’autre. C’est Paris qui a ouvert la danse, avec le premier appel à manifestations d’intérêt massif, et la formule a séduit ; le dernier de ces concours en date, Inventons la Métropole vient ainsi de rendre publics ses premiers résultats : ce sont 225 ha, sur 61 sites, qui sont proposés aux groupements de professionnels candidats, et une deuxième vague sera lancée dès 2017.

Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France, qui se réjouit d’avoir vu « revenir les grues, partout dans Paris », n’a pas fini d’apprécier la présence des hampes métalliques des engins dans le ciel francilien…

Certains équipements, notamment liés à l’université ou à la recherche –Saclay à Versailles-Satory-Gif-surYvette, Condorcet à Saint-Denis, Cancer Campus à Villejuif… –, des secteurs par nature internationaux, devraient braquer les projecteurs sur la région. Leurs premiers pas n’ont pas encore vraiment porté leurs fruits dans les classements internationaux très surveillés qui, chaque année, hiérarchisent les universités et laboratoires de recherche du monde mais les acteurs du milieu universitaire sont confiants : par le jeu des fusions et des regroupements des établissements d’enseignement supérieur sur ces nouveaux sites, l’université française devrait accroître son rayonnement.

Une visibilité d’autant plus importante que l’aménagement urbain français, qui vit somme toute fort peu de l’argent public en dehors des grands équipements publics, a fortiori dans le contexte économique actuel, a bien besoin d’investissements internationaux. C’est tout l’objectif du Mipim, justement fait pour amener projets et investisseurs du monde entier à se rencontrer…

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le dernier numéro d’Objectif nouveau Grand Paris.

Crédit photo : Mipim.

COMMENTAIRES