Le cluster santé se dote d’un Contrat d’intérêt national

Le cluster santé se dote d’un Contrat d’intérêt national

Le deuxième Contrat d’intérêt national (CIN) a été signé le 4 juillet 2016, en présence de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et de Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France. Intitulé « Santé/Vallée scientifique de la Bièvre », il s’étend sur plusieurs communes situées dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

L’objectif de ce CIN : permettre la coordination d’actions entre l’État, les collectivités et les acteurs économiques et universitaires (Sanofi, Institut Gustave-Roussy [IGR], Université Paris-Saclay, Sadev 94, etc.) afin de développer des stratégies concourant au rayonnement à l’international du cluster santé.

La première phase du CIN s’étendra de 2016 à 2022. Durant cette période de six ans, de nouvelles lignes de transport devraient voir le jour sur ce territoire, notamment la ligne 15 du Grand Paris Express et le prolongement de la ligne 14 du métro. Elles desserviront la nouvelle gare Villejuif-IGR, attendue pour 2022.

« Une vallée scientifique et médicale de premier plan »

Parmi les premiers chantiers mis en œuvre dans le cadre du CIN « Santé/Vallée scientifique de la Bièvre », on retrouve l’extension de la faculté de médecine dans l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, la construction d’un nouveau Pôle universitaire interdisciplinaire de santé (PUIS) qui regroupera les premières années de la faculté de médecine et de pharmacie sur le campus IGR à Villejuif ainsi que le développement d’innovations dans le domaine de la lutte contre le cancer. « Ce CIN « Santé/Vallée scientifique de la Bièvre » est une chance. Grâce à ce contrat, nous allons pouvoir développer ce territoire et en faire une vallée scientifique et médicale de premier plan capable de rivaliser en termes d’innovations et de recherches avec les autres grandes métropoles internationales », souligne Jean-François Carenco.

Pour rappel, le premier CIN, signé un mois plus tôt, s’intitule « Porte Sud du Grand Paris ». Il s’étend sur les communautés d’agglomération Cœur d’Essonne et Grand Paris sud et vise à « donner une entrée sur le Grand Paris » par le sud et à fournir « un effort massif » en matière de transports, de développement économique et d’aménagement urbain. Une quinzaine de CIN devraient voir le jour dans les prochains mois.

Crédit photo : Gustave Roussy.

COMMENTAIRES